Un maison isolée - Irlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un maison isolée - Irlande Empty Un maison isolée - Irlande

Message par Ezin Starmrij le Sam 6 Jan - 15:44

C'est dans une petite maison pas très bien entretenue qu'Ezo passe ses vacances cet été. Achetée pour une bouchée de pain par Akihito Shinda, mercenaire de son état, en application d'une stratégie fort pratique: acheter de nombreux bien immobiliers en mauvais état et donc peu chers dans différents pays afin de se constituer un réseau de planques et de bases arrière, les mercenaires voyageant énormément ils ne peuvent pas se permettre de rester sans logis, d'autant qu'ils ont de nombreux documents, armes et argent liquide à conserver. L'isolement permet également de rester caché contre d'éventuelles attaques ou vengeances.

La maison, entourée d'une vaste plaine, est constituée d'un étage et d'un rez de chaussée. L'intérieur est assez sommaire, une grande pièce avec une tables, quelques chaises et des meubles de rangement en bois. A l'étage trois chambres - l'une occupée par Ezo, l'autre par Akihito, la dernière étant libre- et une salle de bain.
Ezin Starmrij

Ezin Starmrij


Baguette : Pin, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Un maison isolée - Irlande Left_bar_bleue110/200Un maison isolée - Irlande Empty_bar_bleue  (110/200)
Volonté:
Un maison isolée - Irlande Left_bar_bleue72/150Un maison isolée - Irlande Empty_bar_bleue  (72/150)
Statut:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un maison isolée - Irlande Empty Re: Un maison isolée - Irlande

Message par Ezin Starmrij le Sam 6 Jan - 15:45

C'est donc ici qu'Ezo passa ses deux mois, ou plutot un mois et demi si l'on compte le trajet ainsi que quelques jours passés à Londres dans le but de trouver le nom d'un animal et de l'observer, Ezo put trouver tout ce qu'il y cherchait, c'est à dire des informations et un spécimen vivant qu'il put observer, ce qu'il ne pouvait pas trouver à la bibliothèque de Poudlard donc. Il en avait rapporté tout un cahier de notes mais ne contenant malgré tout que des informations sommaires, le spécimen étudié étant diablement complexe.

Une fois de retour en Irlande, Ezo s'était adonné à son activité principale en dehors de Poudlard: l'entraînement. Il était en effet formé par son tuteur et mentor afin de devenir lui aussi un mercenaire, ou du moins d'en acquérir les compétences, ce qui ne faisait pas de mal.
Les deux zigotos passèrent donc leur été à s'entrainer sans relâche, approfondissant l'entrainement au combat à mains nues de l'an passé, Ezo améliora ses esquives, ses blocages, sa vitesse, sa puissance et ses contre attaques, il progressa indéniablement même si tout restait encore à faire au vu de son jeune âge.
Il eut également l'occasion de se voir introduire au maniement de quelques armes blanches, apprenant ainsi à se battre avec un couteau adapté et ne pas faire n'importe quoi avec, même si cette formation fut pour le moment assez sommaire, Ezo en tira un certain bénéfice. Deux mois, c'était bien trop peu, il avait tout à apprendre.

Niveau vie quotidienne, Ezo était ravi de retrouver celui qui était avec le temps devenu son plus proche ami, ainsi qu'un confident et conseiller précieux. Il le considérait il y a encore 4 ans comme un homme fou à lier juste bon pour l'asile, se méfiant de lui et craignant même pour sa vie. Il le voyait maintenant comme un modèle, un exemple de force, de volonté, de determination et surtout de liberté. Nul doute que quicquonque connaissant Ezo uniquement à Poudlard serait extrêmement surpris en voyant que le serdaigle était un être totalement différent lorsqu'il était avec l'homme qui l'avait sauvé de la misère. Il n'y avait que 2 personnes qui connaissaient Ezo sous ce jour.

Ezo lui raconta brièvement son année, qu'il était allé au front et qu'il voulait aider la Résistance, ces deux derniers points lui valurent presque une belle baffe dans les gencives, il n'y avait échappé juste car sa présence au front ne résultait pas de sa volonté et qu'il n'avait pas tiré. Akihito était un mercenaire, un homme de neutralité qui ne prenait pas parti et qui ne se battait que quand il était payé, et il voulait que son apprenti apprenne ce principe et qu'il ne s'implique pas dans ses histoires, qu'il fasse du mieux qu'il pouvait pour survivre et ne pas prendre de risques. Cette année, il donna un ordre à Ezo: prendre ses distances avec ce mouvement. Le jeune serdaigle s'en trouva alors tiraillé entre l'envie d'obéir et l'envie de protéger Chloé de ses envies d'action et de conflit.

C'est globalement tout ce qu'il a fait cet été, parler et s'entrainer, le plus souvent les deux furent fait en même temps.
Ezin Starmrij

Ezin Starmrij


Baguette : Pin, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Un maison isolée - Irlande Left_bar_bleue110/200Un maison isolée - Irlande Empty_bar_bleue  (110/200)
Volonté:
Un maison isolée - Irlande Left_bar_bleue72/150Un maison isolée - Irlande Empty_bar_bleue  (72/150)
Statut:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un maison isolée - Irlande Empty Re: Un maison isolée - Irlande

Message par Ezin Starmrij le Ven 11 Mai - 14:47

Juillet 1945, après le retour du manoir de la Résistance.


Par une chaude après midi de juillet, des pas foulèrent le sol de cette plaine peu fréquentée, fréquentée par un seul homme d'ailleurs. Mais ce n'était pas du propriétaire de la petite maison devant laquelle quelqu'un venait d'arriver qui foulait ces terres. Il s'agissait d'Ezo, de retour en ce lieu après 2 ans d'absence, 2 ans de cavale, 2 ans en tant que criminel, 2 ans dans ce manoir, 2 ans pendant lesquels il n'avait pu voir l'homme lui ayant sauvé la vie. Il s'était séparé il y a peu de celle qui l'avait probablement accompagné jusque dans cette zone de l'Irlande, elle même partie retrouver ses parents relogés non loin de là après la prise de la France par le Reich Allemand.

Quelques affaires dans un sac enchanté par un sortilège d'extention et Dust sur l'épaule, c'était tout ce qu'il avait alors qu'il prenait son temps, avancant à pas lents vers la vieille batisse tandis qu'il regardait autour de lui, le paysage lui rappelait quelques souvenirs. Des souvenirs d'entrainements en majorité, de la sueur, de la souffrance physique due aux exercices ardus qu'il réalisait. Mais il y avait aussi des souvenirs de rires, de bons moments passés l'été. Ce n'était pas tant le lieu qui importait mais la personne qu'il abritait.

Il était parti alors qu'il venait d'avoir 14 ans, pour sa quatrième année, il était revenu aujourd'hui, à bientôt 17 ans, à l'aube de sa septième et dernière année d'études.

Le vent frais de l'Irlande s'engouffrait dans ses cheveux et dans ses vêtements alors qu'il gravissait les quelques marches séparant le sol lui même du pas de la porte, Ezo souffla un coup, puis leva sa main gantée avant de lâcher 3 grands coups avant de se remettre droit. Non pas qu'il avait l'habitude de le faire, mais il apréhendait ce qui allait se passer. Son tuteur était quelqu'un d'imprévisible, une ombre impossible à saisir. La plus grande peur d'Ezo était que pendant ces deux ans il ait eu quelque chose à faire et qu'il n'ait pu rester, qu'il n'ait pu attendre le retour du changeforme et qu'il soit parti, et qu'ils ne se revoient plus jamais.

L'attente parut interminable, ce n'était en fait pas tant une impression que cela, car la porte restait close, pas un bruit, pas un son ne se fit entendre de l'autre coté de la porte. Ezo déglutit, de tout ce qu'il avait imaginé, ce cas de figure était le pire.

Finalement, le résistant se décida à entrer, il ouvrit la porte avec une grande minutie après l'avoir déverouillée grâce au double de ses clés, conscient que vu l'huluberlu qui habitait là, elle était peut être piégée et allait lui sauter à la tête. Un fil était en effet présent en bas de la porte, sûrement prêt à causer des dommages à toute personne se prenant les pieds dedans en entrant sans faire attention à l'aide d'un mécanisme farfelu.
Le jeune homme passa au dessus, et rien n'explosa, il entra dans maison, aussi vieille que froide et silencieuse. Il dut se rendre à l'évidence: il n'y avait personne ici.

Son regard scrutta l'intérieur de la pièce, le ménage n'avait pas été fait depuis longtemps bien que cela ne soit pas une peuvre de l'absence de son tuteur qui ne faisait jamais le ménage ou presque. Mais le fait qu'il ne soit pas déjà descendu si il était à l'étage ne lui laissait que peu d'espoir. Il n'avait pas grand chose à faire et il aurait sûrement été là si son refuge était toujours ici.

L'ex ancien-serdaigle se laissa tomber sur une chaise, Dust sauta sur la table, le premier soupira en regardant le plafond tandis que le deuxième laissait prospérer le silence assourdissant régant en ces lieux. Ezo pensait au manoir, à son départ. C'était peut être un des moments les plus particuliers de sa vie qu'il ne saurait décrire. D'un coté retrouver son sauveur lui plaisait, mais de l'autre il aurait voulu rester au manoir plus longtemps, pour finir ce qu'il était venu y faire. Il avait de nombreux souvenir de son passage de la Résistance, des bons comme des moins bons, les moins bons étant surtout ce qu'il avait vécu lors des différentes missions, sa vie au manoir n'étant que plaisir et bonheur.

Madame Welden l'avait dit, cette aventure était terminée, et c'était le début d'une nouvelle. Mais quelle aventure allait il vivre à présent? Sa septième année à Poudlard? Pas besoin de vision d'aigle pour voir d'ores et déjà l'ennui et les inconvéviants de cette "nouvelle aventure". En son for intérieur il espérait que ce ne soit pas cela, que Madame Welden avait prévu autre chose, que leur nouvelle aventure débuterait une fois cette dernière année terminée. Bien qu'il avait potentiellement une autre aventure à vivre, une aventure qui ne concernait ni Poudlard ni la Résistance.

Sans qu'il s'en rende compte, plusieurs heures s'écoulèrent dans un silence absolu, plusieurs heures pendant lesquelles Ezo repensait à ces deux dernières années, aux gens qu'il avait rencontrés, à ce qu'il avait fait, à ce qu'il aurait du faire ou ne pas faire. Il se leva finalement, sortant de sa réflexion, et se dirigea vers les placards, il les ouvrit. Ils étaient vides, contenant autrefois de la nourriture, ils marquaient bien là le départ de son tuteur, vraisemblablement parti travailler à l'heure. Au moins pouvait il dormir ici malgré tout et aller demander aux parents de Chloé si le mercenaire leur avait laissé un message à lui faire passer.

Alors qu'il montait à l'étage, la porte s'ouvrit dans un claquement effroyable; suivit d'un léger cliquetis qu'il connaissait bien, suivit à son tour d'une voix qu'il connaissait encore mieux.


- HAUT LES MAINS PEAU D'LAPIN! QU'EST CE QUE TU FOUS DANS MA BARAQUE SALE CON?

Retourné vers les escaliers, Ezo ne pouvait voir le visage de celui qui lui hurlait dessus, qui lui ne pouvait voir que le dos d'Ezo.

- ME TIRE PAS DESSUS ESPECE DE CRETIN! C'EST MOI!

La précipitation d'Ezo lui avait fait oublier le fait que "c'est moi" aussi vrai que cela puisse être, ne renseignait en rien sur l'identité de la personne prononcant ces mots.

Ce fut Dust qui rétablit la vérité, d'un croassement, il montra sa petite tête par dessus l'épaule d'Ezo, les mains en l'air, tourné vers l'escalier.

- Ah c'est toi Ezo, salut. Salut aussi Dust.

L'homme rentra tranquillement, enjambant le fil de la porte en sifflotant et posa des sacs ayant l'air bien lourd près des placards.

- Tu peux baisser les mains tu sais.

Ezo souffla un coup et s'executa, on ne savait jamais à quoi s'attendre avec lui et se prendre trois balles dans le dos pour avoir baissé les mains trop vite n'était en rien impossible.
Il se retourna lentement, non pas qu'il avait peur de celui qui se trouvait derrière lui, mais c'était la première fois qu'il le revoyait depuis deux ans, l'instant de devait d'être un tant soit peu solennel. Pas tant que ca en réalité puisqu'Ezo se demandait surtout comment Akihito allait gâcher ce moment.

Lorsqu'il vit enfin son ami, celui ci était en train de se servir d'un petit saucisson comme d'un punching ball, comme les boxeurs.


- Mais... Qu'est ce que tu fais?

Une question idiote, pourquoi chercher à le comprendre? Il savait que c'était inutile depuis 8 ans qu'il le connaissait.

- Bah je range les courses. Répondit l'homme à la veste noire qui avait depuis rangé son arme à feu. Tu crois que j'étais parti pour quoi? Et pourquoi j'ai plein de sacs? Tu crois que je collectionne des sacs?

Oui, ces deux personnes venaient de se retrouver après deux ans. Insolite, ils l'étaient tout les deux, leur relation l'était tout autant. C'est finalement Ezo, suivi de Dust qui se posa sur l'épaule de son vrai maître pendant que le change forme s’avança et tendit la main vers celui qui était en train de ranger les placards.

- Content de te revoir, Akihito.

Le sourire d'Ezo était vrai, sincère, un des rares sourires de sa part dont on savait tout de suite qu'ils étaient vrais et qui ne le rendaient que plus beau par sa pureté.

- Ouais ouais moi aussi. Dit il en lui serrant la main. Dis donc t'as plus de force qu'avant mon con! S'exclama il alors que les deux gants entrèrent en contact et qu'ils serrèrent tout les deux.

Il releva le nez de son placard, lâcha la main de son protégé et le regarda de haut en bas.

- T'as bien grandi, la dernière fois qu'on s'est vus t'étais encore qu'un gamin raleur, maintenant t'as l'air d'être un grand râleur. T'es presque aussi grand que moi.

Lui portait son expression faciale indescriptible qui faisait qu'on le reconnaissait entre mille, un sourire mi content mi narquois, un peu hautain aussi. Ce sourire était à l'image de celui qui le portait: complexe.
Son constat était en revanche bien réel, Ezo avait bien grandi, ayant quelque peu dépassé le mètre quatre-vingt, sa croissance ne semblait pas encore s'arrêter pour le moment bien qu'elle ait un peu ralentir.

Le changeforme scruta le visage de son ami, puis son corps, de haut en bas.

- Toi tu n'as pas changé, toujours aussi bizarre. Tu vas bien? Ou est ton épée?

D'un coup de pied, le mercenaire envoya valser le reste des sacs dans le placard, signifiant visiblement qu'il les rangerait plus tard, avant de tirer une chaise et de s'y asseoir.

- Je vis ma vie, je fais des contrats de temps en temps, la guerre se termine, je vais avoir moins de boulot. J'ferai avec. Shoku est dans l'armurerie, j'allais pas la trimbaler avec moi pour aller faire mes courses en ville ou j'aurais effrayé tout ces peureux. "Agneuh une épée osscour" Imita t-il en faisant des grands gestes et en prenant une voix qui ne laissait pas de doute sur le peu d'amour qu'il portait aux habitants du coin. Et toi donc, dis moi ce que t'as foutu pendant ces deux ans, j'ai entendu dire que ta tête était mise à prix, t'as pas intérêt à ce que des mecs du ministère débarquent chez moi. Allez hop hop hop dis moi tout.

Le ton était normal, enfin, normal pour celui qui prononcait ces mots. Comme Ezo l'avait prédit, nulle reproche, même pas une once d'étonnement, l'était il? Peut être, ou peut être pas. Même quelqu'un pouvant lire dans les pensées n'aurait su le dire tant l'esprit de cet homme était particulier. Cependant, Ezo savait que sa méfiance était légitime.

- Personne ne viendra ici. Je ne suis plus recherché. Ecoute bien...

Et il lui raconta tout, son emprisonnement de courte durée, la révolte, son arrivée au manoir, sa vie là bas, sa forme d'ours, Little Hangleton, toute sa vie quotidienne de ces deux dernières années lui fut contée. Seules exeptions: les camps et son histoire avec Chloé.

- T'as pas chomé mon con. Une belle cavale. T'es vraiment nul de t'être fait avoir comme ca à Hangleton, moi j't'aurais tranché ca comme du beurre.

Un soufflement de nez de la part d'Ezo qui n'en doutait pas une seconde.

- Ouais... J'ai été nul. Je suis marqué à vie sauf si l'axolotl m'aide.

Le mercenaire leva les yeux au ciel.

- Ah oui ton axotruc là, tu penses que ca marchera?

Ezo regarda vers la fenêtre, pensif, une bonne question venait de lui être posée.

- Je ne sais pas, pas sans mes notes sur le sujet, tu l'as encore?

Le népalais le regarda comme si il venait de poser la plus stupide des questions.

- Bah oui je l'ai encore, j'y ai pas touché, pourquoi j'y aurais touché hein? Tu es con Ezo? Il est encore planqué là ou tu l'as laissé, ton carnet sur les change truc aussi d'ailleurs.

Un soupir, tant de soulagement que de lassitude, s'échappa de la bouche d'Ezo.

- Change forme... Akihito... Change forme, c'est quand même pas compliqué. Retiendrait il un jour? Sans doute pas, il n'en avait pas grand chose à faire de comment s'appelait l'espèce à laquelle appartenait Ezo. Je vais sûrement en avoir besoin. Je vais retourner au musée de Londres pour avoir de nouvelles informations sur l'animal avant d'aller passer mes examens à Poudlard, je n'aurai pas le temps de m’entraîner avec toi cette année encore malheureusement. Le temps me manque.


Le mercenaire balaya les paroles de son élève de la main tout en affichant une moue bien peu intéressée.

- Ouais ouais je m'en fous de comment ca s'appelle, tant que tu peux te transformer c'est l'essentiel hein? Et pour le reste fais ce que tu veux j'en ai rien à cirer. Tant que tu claques pas. C'est ta dernière année, j'aurai le temps de terminer ta formation l'an prochain.

Pour ces deux zigotos, la vie semblait simple, toutes leurs actions futures étaients simples à deviner, en somme ils vivaient leur vie tranquillement.

- D'ailleurs, tu vas rester ici maintenant que la guerre est finie? Demanda finalement le changeforme sans se formaliser du reste des paroles de son mentor. Ce dernier se mit d'ailleurs à bailler, pourquoi? Inutile d'essayer de le comprendre.

- J'ai encore un peu de travail ici. En ce moment je chasse les mauvais payeurs d'établissement de paris. Ca paie pas mal. On me donne leurs noms, je les retrouve, je les ramène à l'employeur par la peau du cul et j'ai une prime, je peux même garder une partie de ce qu'ils doivent. Le reste je m'en fous.

Des activités peu reluisantes, ni très légales en somme. Un récit qui n'étonnait Ezo qu'à moitié d'ailleurs.

- Sinon. Continua Akihito. J'vais peut être me casser et retourner en France, le trafic de tickets de rationnement à toujours été juteux et la bouffe va encore être rationnée pendant un moment. Et toi, tu vas foutre quoi? Tes études sont bientôt finies.

Une question qui ne fit pas frémir Ezo, il pouvait se permettre de tout dire à son ami.

- Faire le tour du monde peut être, ou me balader. Tant que j'ai un toit et de quoi manger ca ira. Son regard se posa sur Akihito, un regard illuminé d'une lueur intéressée. J'imagine que tu as deux trois choses pour me permettre d'être à l'abri du besoin?

Une question à laquelle le mercenaire répondit par un sourire carnassier, il avait parfaitement comprit ce que Ezo voulait dire, et en était ravi.

- Eheh je vois qu'on est sur la même longueur d'ondes. Répondit l'épéiste. Bon, tu sais qu'un bon mercenaire doit tenir un carnet d'adresses à jour, faire ses comptes, savoir ce qu'il a exactement dans chaque planque pas vrai? Il n'attendit pas de réponse, évidemment qu'Ezo le savait. Faut aussi sécuriser tout ca et quelqu'un qui pratique régulièrement la magie est à même de le faire. Sans compter qu'il faut aussi faire l'intermédiaire avec ceux qui ont du travail pour toi et trier les offres. Bref, c'est du travail et j'aime pas m'en occuper... Donc...

Il étendit son sourire carnassier.

- Bref, du travail pour toi j'en ai. Je possède pas mal de vieux bâtiments qui me servent de refuge quand je voyage en Europe, un peu comme ici ou là ou on allait en France! Tu fais le taff que je t'envoie de temps en temps et tu peux te servir de ces planques et des ressources qu'elles contiennent.

Ezo écouta la proposition de son mentor. Répondre à des lettres et mettre à jour des papiers qui avaient sûrement grand besoin de l'être de temps en temps contre avoir accès à des ressources foncières et financières largement suffisantes pour vivre sans faire de folies. C'était tout à fait honnête, un peu trop honnête venant de celui qui faisait cette proposition d'ailleurs. Mais Akihito n'était pas homme à faire des coups fourrés à un garçon qu'il avait receuilli et entrainé, cela aurait été totalement stupide en plus d'être inutile. D'autant que tout les deux gagnaient à cet engagement, et l'une des principales caractéristiques de l'homme à l'épée était de toujours bénéficier son propre intérêt.

- C'est d'accord. Répondit le changeforme à cette longue proposition. J'imagine que c'est un prix d'ami.

Le mercenaire se mit à rire pendant quelques secondes.

- Bof pas vraiment. J'ai plein de vieilles baraques dont je me sers pas, tu peux bien t'en servir aussi. D'ailleurs... Il reprit un air plus sérieux maintenant que la question de l'avenir de chacun était résolue. Tu devrais aller jeter un coup d’œil à la tienne, enfin, celle dont t'as hérité non?

La guerre était finie, mais les territoires ou elle avait fait rage en portaient encore les stigmates. Akihito était l'un des mieux placés pour le savoir de par son expérience des conflits à l'est: la guerre n'épargnait rien.

- J'irai voir. Mais je ne suis pas certain que ce soit si important. Avoir un toit à soit est une bonne chose. Mais on parle là de reprendre quelque chose de mes géniteurs. J'aimerais prendre un nouveau départ.

Une maison, c'était tout ce que ses parents avaient avant leur mort, mort qui avait déclenché le processus d'héritage, ce qui faisait que le changeforme disposait d'une petite maison quelque part dans le nord de la France. Cependant, il ne se sentirait jamais chez lui là bas, justement car des souvenirs bien peu heureux l’assailliraient à chaque fois qu'il ouvrirait les yeux dans ce bâtiment qui constituait néanmoins une possession avantageuse. Une solution temporaire plus qu'un projet de vie à long terme en somme.

- Si tu veux acheter quelque chose en France fais le maintenant, le marché de l'immobilier était en chute libre mais il va rapidement remonter maintenant. Conclut le mercenaire en se levant. Je vais aller traquer, je reviens ce soir.

Il se dirigea vers une autre pièce de la maison et en revint quelques secondes plus tard avec une épée dans son fourreau et Dust sur l'épaule. Signe qu'il était temps pour lui de faire son métier. Ezo ne bougea pas et se contenta de le regarder partir après l'avoir salué. Des retrouvailles insolites pour deux personnes l'étant tout autant et qui auraient à coup sûr étonné plus d'une personne.

Pourtant, c'était ainsi qu'étaient ces deux amis, et ils en étaient heureux.

La porte se referma dans un claquement. Et Ezo était à présent seul dans cette petite maison dont il aurait bientôt l'usage, ainsi que des quelques autres dont son ami disposait, en accord avec l'arrangement qu'ils venaient de trouver. Le changeforme se contenta de souffler du nez, heureux d'avoir revu son ami après ces deux ans. Heureux aussi de voir qu'il n'avait pas changé et que sa disparition soudaine n'avait rien changé à l'amitié qu'ils se portaient.

Par la suite, Ezo resta quelques jours en Irlande, discutant de choses et d'autres avec le mercenaire. Avant d'accomplir ses nombreux devoir de cet été: repartir pour Poudlard afin de passer ses BUSEs, ce qu'il n'avait pu faire l'an passé en raison de sa fuite, et enfin aller témoigner au procès des adultes de la résistance.

Après cela, cet été serait déjà terminé et s'ouvrirait alors sa dernière année à Poudlard, la fin d'une aventure ayant laissé des sentiments bien trop distincts pour être décrits en quelques mots. Mais aussi et surtout le début de quelque chose d'autre, le début d'une nouvelle aventure dont Ezo ne connaissait rien: celle de l'après Poudlard. Etait il inquiet? Non. Car au final, que ce soit en tant que vagabond ou apprenti d'un mercenaire, il avait toujours vécu au jour le jour, tel un oiseau parcourant le monde sans savoir de quoi demain serait fait.
Ezin Starmrij

Ezin Starmrij


Baguette : Pin, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Un maison isolée - Irlande Left_bar_bleue110/200Un maison isolée - Irlande Empty_bar_bleue  (110/200)
Volonté:
Un maison isolée - Irlande Left_bar_bleue72/150Un maison isolée - Irlande Empty_bar_bleue  (72/150)
Statut:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un maison isolée - Irlande Empty Re: Un maison isolée - Irlande

Message par Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum