Hyde Park

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Ven 19 Avr - 21:26

Tout en continuant d'écouter avec la même attention les mots prononcés Jeremy rangea sa Bible à l'intérieur de sa veste, il lui semblait clair qu'il n'en aurait plus besoin pour ce soir et que cette discussion ne faisait que débuter. Ou en tout cas bien partit pour ne pas s'arrêter dans les minutes qui allaient suivre. Pour quelqu'un qui passait la grosse majorité de son temps à vivre seul c'était une belle occasion que de pouvoir enfin s'occuper le temps d'une soirée, de pouvoir connaître un nouveau visage, ça lui permettait de sortir de cette solitude plus ou moins présente selon les jours.

Quand à l'apparence de Jeremy il n'y avait rien de notable : ses habits étaient ceux qu'il portait la plupart du temps et notamment au travail, c'est à dire un costume aux couleurs foncés. Pas vraiment des vêtements de luxe mais d'une qualité tout à fait correcte cependant. Physiquement le jeune homme avait une coupe soignée bien que peu difficile à entretenir. Sans oublier cette main gauche en métal qu'Ophélia avait déjà eu l'occasion de voir lorsqu'il était à Poudlard il y a deux ans déjà maintenant.


- C'est quand même un détail qui joue beaucoup. Et c'est justement l'expérience qui va t'apprendre ces ruses et qui va faire que tu sais réagir à tout type de situation. J'ai aussi du coup beaucoup plus pratiqué la magie que toi. Nous avons combien d'années d'écart ? Six ans ? Sept ? Au vu de nos jeunes âges ça représente énormément de temps quand même, l'équivalent d'un apprentissage complet à Poudlard. Cependant ne perd pas cette confiance que tu as en toi, c'est ce qui peut te mener loin.

Lui aussi avait toujours cherché à se mesurer à des sorciers plus vieux et expérimentés que lui, c'était très rare qu'il ait pu gagner, et ça malgré toute l'estime qu'avait l'Oubliator en ses capacités. Averyn ou Arya avaient eu l'occasion de lui apprendre que l'expérience était sûrement la facteur le plus déterminant dans un combat.

C'était peut être cette innocence et cette candeur chez sa voisine de banc qui faisait que l'ancien Serdaigle était aussi à l'aise et qu'il se permettait de parler sans filtre, ça faisait écho à une partie de lui qu'il avait l'impression d'avoir trop vite perdu. Tout du moins c'était une hypothèse plausible, comme pouvait l'être d'autres. Finalement, comme le disait Ophélia juste après, il y avait des questions dont il était inutile de trouver une réponse.


- Oui l'être humain est particulièrement doué pour se torturer l'esprit avec des doutes et des questions qui n'ont pas toujours lieu d'être. Je ne m'attendais à ce que tu puisses y répondre, il y a de toute façon longtemps que j'ai arrêter de chercher certaines réponses. Ses yeux bleus clairs fixèrent un point devant lui, rêveur l'espace d'un instant. Agir et penser sous le fruit d'émotion, sans pragmatisme, c'est ce qui fait le charme de l'Homme mais c'est aussi un de ses plus grand défauts.

Pouvoir parler en toute franchise, en étant à l'aise, tout en faisant ressentir la même chose à son interlocuteur, c'est ce qu'il y avait de mieux pour rendre une conversation intéressante. Quand à ses paroles, même si elles pouvaient paraître tristes pour la jeune femme, ne semblaient pas refléter ce que pouvait inspirer le visage de Jeremy, un sourire prenait place la majeure partie du temps sans que l'on puisse dire si c'était sincère ou une simple façade.

- Toutes ces questions n'ont pas lieu d'être dans une histoire avec une fin heureuse, il faut que ça puisse nous inspirer ou transmettre une morale. Finalement quoi de plus beau que de voir le héro arriver à accomplir le but de sa vie après de nombreuses embûches ? C'est tout ce à quoi on aspire dans la vie : tout donner pour ses objectifs et en être récompensé au final.

Malheureusement la réalité était tout autre et avait plutôt tendance à vous punir de la moindre erreur plutôt que de célébrer les efforts et les sacrifices fais, c'était tout du moins son avis à ce moment là.

- Cela dépend si on a conscience de revivre la même scène encore et encore, dans le cas contraire ça serait plutôt une rassurante ignorance. Ca se trouve nous sommes dans une boucle sans nous en rendre compte et que nous avons eu cette conversation des milliers de fois.

Son regard vint à nouveau sur cette main chaleureuse avant de revenir sur ce visage qui le regardait, avec toujours ce même sourire qui lui était adressé.

- Ce n'est pas quelque chose de simple que de se pré-occuper seulement de l'instant présent mais c'est pourtant important de le faire. Seul l'avenir nous dira si cette rencontre est destiné à changer nos vies.

Sortant temporairement de cette bulle qui s'était formé et qui n'acceptait que leur présence, le jeune homme observa ce qui se passait autour d'eux, c'est à dire pas grand chose à part de rares personnes qui n'étaient que de passage.

- Quelque chose me dit que tu le seras, je me trompe rarement sur ce genre de chose.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Ven 19 Avr - 23:32

Une discussion commence souvent de manière banale ou atypique, mais on ne sait jamais quand celle-ci peut prendre fin. C'est un peu comme observer la mer avec émerveillement sans savoir quand on détournera le regard tellement celle-ci nous hypnotise et qu'on s'embourbe un peu plus à chaque seconde qui passe. Le temps s’effrite et nous savons qu'a un moment donné il va falloir s'en aller, mais cela ne nous empêche pas de rester autant de temps que nous le souhaitons, ou alors... d'y mettre fin lorsqu'on se lasse. Quant à la solitude, dans un sens parfois elle devient une sorte de compagnie tellement sa présence est régulière et omniprésente, mais parfois elle peut devenir une prison. Sans oublier qu'il y a une différence non négligeable entre être solitaire ou la solitude, le premier est un choix et l'autre ne l'est pas.

Ophélia s'en fiche un peu de l'apparence des autres, ce n'est que la couverture d'un livre, mais ce qu'il y a l'intérieur si on prend la peine de l'ouvrir est mille fois plus intéressant ou important à ses yeux. Car de l'extérieur, la couverture aura beau être attirante, si à l'intérieur il n'y a que des pages vide cela ne vaut rien. Si tout le monde la jugeait sur son apparence, peut-être qu'ils seront surpris de voir ce qu'il y a à l'intérieur, un diapason de musique et de couleur, sans oublier des mots à l'infinie même si le livre qu'elle représente ne doit pas être simple à comprendre ou même à analyser. Sous sa simplicité il y a parfois des zones sombres qu'elle-même ne comprend pas ou ne veux pas comprendre.

Néanmoins, ça serait un mensonge de dire qu'elle ne se demande pas ce que fait ce gant de fer fait à la place de la main de l'homme à qui elle parle, sa curiosité n'a d'égale que celle d'Alice qui va au pays des merveilles. Elle qui aime les histoires ne refusera pas d'assouvir cette question un jour ou l'autre. En attendant, Jeremy, pourra remarquer qu'Ophélia a bien grandi depuis 2 ans, c'est devenu une femme à n'en pas douter une seule seconde même si elle ignore encore certaines choses liées à cette nature d'adulte. Une taille plutôt normale avec des formes féminines basiques, ses cheveux blonds lui arrivent aux épaules alors qu'ils semblent indomptables telle la lionne qu'elle a été jadis, sans oublier ses yeux bleus à la fois doux et sauvages, agrémenter d'un visage sans artifices ou quelques taches de rousseur s'incrustent sur son nez et ses joues avec subtilités.


- Les années d'écart sont aussi qu'un détail... peut-être un peu important mais tout de même, parfois il suffit simplement d'une attaque surprise pour anéantir le plus expérimenté des hommes si celui-ci assez bien préparé. J'ai bientôt 20 ans... je ne pense pas être aussi jeune que cela ou même vous.

Dira-t-elle en levant les yeux au ciel, fière et surtout impertinente avec du caractère la petite, elle se laisse rarement faire, même si c'est souvent par simple jeu. Laissant toujours ce sourire sur ses pommettes afin de montrer son assurance sur la question, elle continue d'ouvrir la bouche.

- L'être humain, un sujet bien alambiquer et retondant. On ne finira jamais d'en parler pour au final arriver à la même conclusion à chaque fois. Ce sont tous des imbéciles...

Elle parle des moldues mais aussi des sorciers, la nature humaine ne changera jamais et ils ont un peu comme une boucle à eux tous seuls, toujours à se poser les mêmes questions, se compliquer la vie pour les mêmes choses, avoir les mêmes objectifs débiles mais aussi et surtout d'ignorer ce qui les arrange. Malheureusement, Ophélia est consciente qu'elle fait aussi partie de tout ça donc elle ne dit rien et se contente de se mordre la joue intérieure avant de prendre un air pensif. Pas besoin d'argumenter ce qu'elle vient de dire, insultant tout le monde avec ce mot et elle-même par la même occasion. Elle dira la suite avec une légère mimique amusée par ce qu'elle va dire.

- C'est surement pour ça que nous sommes aussi fascinants, la mémoire est sélective sauf quand ça fait souffrir, à croire qu'on aime le meilleur mais qu'on préfère le pire.

Au moins, le moment est partagé, même si les mots ne sont pas joyeux, leurs visages restent sereins et plaisant par tout ce qui se dit à demi-mot. C'est plutôt facile de savoir ce qui se passe en général dans la tête d'Ophélia, ou du moins on le devine facilement comme elle est assez expressive.

- J'aime beaucoup les morales dans les histoires... parfois elles sont subtiles, j'aime beaucoup les histoires en faites.

Elle détourne le regard et rougis, parce qu'en vérité elle en écrit même des histoires pour les autres, où les raconte tout simplement même s'il y en a une qui reste un mystère pour elle. Ophélia ne se souvient pas de l'avoir écrite dans son petit carnet, passant une main dans ses cheveux, elle se reprend.

- Nous nous récompensons nous-mêmes en faisant ce qui nous plaît... et puis, il ne faut jamais oublier que chaque personnage est un héros à sa façon, car ils forment un tout dans l'histoire afin de la rendre plus fascinante, complète et belle.

Dit-elle en joignant ses mains, comme pour illustrer ses propos.

- Afin de la rendre plus forte et marquante pour nous.

L'ancienne lionne retourne vers les yeux clairs de l'homme pour penser à ce qu'il vient de dire avant de répondre en se grattant le cuire chevelu avec un ongle un peu inexistant.

- L'ignorance à du bon parfois, il nous protège je suppose d'une certaine façon.

Un petit silence avant de retrouver un air joueur et de demander.

- Oh? Ah bon? Et comment cette conversation s'est passée ensuite alors à ton avis?

Passant son doigt sur sa joue pour la gratter alors que son regard devient vague à cause de sa réflexion.

- C'est peut-être de là que vient l'impression de déjà-vu ou ce qu'on appelle l'instinct? Si on a déjà vécu le moment...

Elle secoue légèrement la tête pour revenir au moment présent.

- Une idée amusante si une rencontre peut tout changer... mais je trouve cela parfait à ne se soucier de rien d'autre que l'instant actuel afin de tout oublier de négatif et de penser qu'au bonheur ressentit dans le creux de notre ventre, les meilleures choses sont les plus simples après tout !

Tout ceci titille son esprit, un souvenir oublié encore qui ne refera jamais surface lorsqu'elle prend un air véritablement surpris durant une seconde, mais ensuite un regard mystérieux ou alors intrigué, au choix !

- Oh ! Peut-être cette fameuse intuition de cette conversation dans une boucle sans fin? Tu te trompe rarement sur ce genre de chose, quelles choses? N'est-ce pas un peu prétentieux? Tu pourrais être déçu tu sais !
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Sam 20 Avr - 1:32

Ainsi les minutes s'écoulaient lentement, et rapidement à la fois, sans que Jeremy ne puisse dire quelle heure il était exactement. Sûrement qu'il serait judicieux pour lui de rentrer et de se coucher pour être en forme pour le travail le lendemain mais il n'avait aucunement l'envie de clore cette discussion qui se révélait être des plus intéressantes. Et ce n'est pas ses insomnies chroniques qui allaient le faire changer d'avis. "Vivre l'instant présent", voilà quelque chose que le jeune homme pouvait se permettre, lui dont les pensées pouvait osciller entre nostalgie passées et une forme de crainte de l'avenir. Oui, se laisser aller pour ce soir ne lui serait que bénéfique, comme cela arrivait de nombreuses nuits quand il était encore élève à Poudlard.

Bien évidemment ça n'avait pas échappé au regard de l'ancien Serdaigle que l'apprentie ranger avait bien changé depuis leur dernière rencontre, bien qu'il n'ait pas énormément de souvenirs non plus. C'était pourtant évident que celle qui était encore une enfant il y a peu devenait maintenant une jeune femme, tant par son apparence physique que par ses propos.

Quand à son avant bras gauche se serait sûrement une aventure bien intéressante à conter pour une personne comme Ophélia qui était fan d'histoires et de créatures magiques. Depuis le temps parler de cette blessure ne le gênait absolument plus, il s'amusait même de voir la réaction des gens quand il remarquait cette particularité pour la première fois, encore plus de voir lesquels étaient prêt à succomber à leur curiosité pour poser la question fatidique.


- Bientôt vingt ans déjà... Ca fait déjà aussi longtemps depuis ce cours... Il dit cela comme si il prenait conscience d'une réalité incroyable avant de se reprendre. Et si c'est encore très jeune ! Cette fois se fut lui qui prit un air faussement offusqué. Et bien sûr que je suis jeune aussi, ne me vieillis pas trop non plus ! J'ai l'air si vieux que ça ?

Une dernière moue faussement vexée et ce même rictus revint éclairer son visage. Ca ne l'étonnait qu'on puisse lui donné un âge plus élevé, après tout sa condition physique était plus proche de celle d'un retraité que d'une personne de son âge, ça devait jouer, bien que la majorité de ses blessures soient cachés sous ses vêtements cela devait tout de même se voir un peu. Heureusement, et sûrement par miracle, son (beau) visage n'avait jamais été touché.

- C'est une façon de voir les choses oui. Pourtant c'est difficile de contredire que l'être humain est idiot, on en a la preuve tous les jours. Et là dessus personne n'y échappe, nous avons tous notre part d'idiotie.

Venant de participer à une guerre ça allait lui être compliqué de pouvoir contester les mots de la jeune femme, il avait pu voir les conséquences de cette imbécilité qui l'avait amené à faire face aux pires horreurs et même à en être un des acteur pour son plus grand malheur. Car, oui, l'Oubliator se comptait aussi dans le lot, il était assez arrogant pour se croire moins bête que la moyenne mas pas assez pour croire qu'il puisse échapper à une règle immuable à tout homme. Plus qu'une réelle insulte il voyait cela comme un simple constat.

- "On aime le meilleur mais on préfère le pire". J'aime beaucoup cette phrase, je te la pique au cas où j'écris un livre un jour. En tout cas tu viens de résumer tout le paradoxe humain en une phrase.

A travers leur discussion et les sujets dont ils parlaient le français sentait bien que'Ophélia avait elle aussi eut ses moments difficiles et que sûrement elle avait même souffert de la parte d'au moins un proche. Certaines réflexions étaient trop poussées pour être spontanées, dès lors cela indiquait qu'elle y avait sûrement déjà réfléchit. La curiosité le poussait à en savoir un peu plus sur sa cadette et ce qu'elle avait pu vivre mais le moment serait sûrement mal choisit et les choses viendraient en leur temps. Un léger ricanement précéda sa réponse.

- J'ai cru comprendre que tu adores ça effectivement. C'est quoi l'histoire que tu préfères ?

Le jeune homme remarqua la gêne de sa voisine et un rictus se dessina à la vue du rouge sur le visage de l'ancienne préfète. Il mit cela cela sur le fait qu'elle était peut être gênée de montrer un côté "enfantin", ce qui était plus touchant que gênant de son point de vu. Sentiment que ni fit que s'accentuer à l'écoute de la suite.

- Fait on vraiment ce qui nous plaît ? Je ne suis pas sûr que nous aillons tous cette chance, c'est même rare.

Jeremy laissa passer quelques secondes après que la jeune blonde ait joint ses deux mains ensemble, moment durant lequel il l'observa avec une certaine bienveillance avant de laisser échapper un léger rire.

- C'est joliment dit. Tu es sûr que tu n'es pas une Serdaigle refoulée ?

Il n'y avait aucune moquerie de présente dans ses mots, simplement un sincère amusement.

- "Heureux sont les simples d'esprit", je pense que c'est quelque chose de réel pour le coup. Plus on en saura sur le monde qui nous entoure plus on se posera de questions sur ce qu'il est et notre place à l'intérieur de celui-ci. Pour résumer grossièrement. Pourtant je déteste ne pas savoir, comme bien d'autres, encore un des paradoxe de l'Homme.

Décidé à être joueur l'Oubliator réfléchit une poignée de secondes avant d'énoncer son hypothèse.

- Et bien les deux jeunes gens ont mené une conversation très agréable pendant encore longtemps avant de décider de se revoir d'un commun accord pour recommencer. Et toi alors ?

Simple jeu ou cela reflétait il les envies de Jeremy ? Ce serait à Ophélia de trouver, si tant est qu'elle se pose la question.

- Peut être... Il y a tellement de possibilités, surtout dans ce monde là.

Pour quelqu'un qui venait de chez les moldus le monde des sorciers remettait en cause bien des convictions et des croyances, dès lors on ne pouvait qu'être prêt à ce que tout soit possible. Après tout si même les contes d'enfance se révélait être vrais.

- Et c'est pourtant de là que naissent les évènements qui vont changer une vie : une rencontre souvent inattendue. Pour le reste c'est vrai, il faut vivre ses relations dans le moment présent sans chercher à savoir à quoi elles peuvent mener.

Ce qui était un autre problème de l'humain qui avait tendance à chercher tel type de relation avec tel type de personne sans prendre le temps de vraiment profiter de l'inconnu et de tout ce qu'une nouvelle rencontre pouvait apporté à l'instant T.

- Encore cette fameuse boucle... Comme quoi out se rejoint, on a peut être découvert le secret de la vie. C'est peut être prétentieux mais je pense réellement que je me trompe rarement sur la nature des gens et sur le fait que je vais les apprécier ou non.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Sam 20 Avr - 12:55

Le temps s'écoule parfois trop lentement lorsqu'on veut qu'il aille plus vite, ou alors trop rapidement lorsqu'on souhaite faire pause pour profiter d'un moment agréable qui devient beaucoup trop un simple souvenir, comme lorsqu'on essaye d'attraper de la fumer, du brouillard. On n'y arrive pas et cela nous un gout de frustration dans la bouche, dans ce cas-là, il ne nous reste que deux choix, soit on essaye d'attraper quelque chose qu'on ne peut pas en s'acharnant, ou alors... on prend une inspiration et se délecte de cette brume agréable qui éveille nos sens ou notre esprit qui a grand besoin de respirer, de réapprendre à vivre et à croire dans les plus belles choses de la vie.

Ophélia connaît ce sentiment qui tord les boyaux, cet entre-deux, la nostalgie d'un passé et la crainte d'un avenir incertain et flou. C'est quelque chose qu'elle a connu durant sa scolarité et qu'elle n'a su fuir qu'en se plongeant dans les révisions ou les entraînements, mais finalement les crocs de la réalité l'ont finalement rattrapé et elle a dû y faire face avec une morsure plus ou moins féroce. Donc quoi de mieux qu'une soirée pour tout oublier? Une rencontre permet toujours d'avoir une orbe réconfortante, car la limite de l'attachement n'est pas encore présente, elle plane oui mais ne nous colle pas à la peau lorsque l'instant sera terminé, cela sera seulement pendant un temps un doux souvenir jusqu'à ce qu'on finisse par se lier et que les discussions pourront avoir autant un impact bénéfique ou alors négatif sur nous-mêmes ou l'autre personne.

Un cours amusant, même si c'était un peu contrariant de se faire éliminer, ils ont quand même gagné, ce qu'elle apprécie particulièrement. Il ne l'avait pas forcément beaucoup marqué à ce moment-là car la jeune fille avait des préoccupations plus importantes dans sa vie d'adolescente, mais tout ça était fini, elle a grandi à n'en plus douter. Une enfant qu'elle regrettera toujours, cette partie de sa personnalité qui c'était dégrader lui manque parfois même si celle-ci est toujours visible. Du moins, avant, c'était beaucoup plus flagrant. Elle a mis du temps à accepter la femme en elle, même si parfois c'est toujours compliqué d'y faire face dans le miroir, elle a l'impression de voir quelqu'un d'autres mêmes de temps en temps.

La réaction de l'ancienne Gryffondor le surprendrait surement, c'est une fille pleine de surprise qui parvient toujours à prendre au dépourvu de n'importe quelle façon. Néanmoins, Ophélia n'est pas du genre à tirer les vers du nez, elle prendra la perche sur cette fameuse main en fer que s'il la tend, parce qu'elle n'a aucune idée si c'est un sujet sensible. Elle ne trouve pas particulièrement dérangeant ou moche, c'est juste l'histoire qui l'intéresse, comme toute chose.

L'observant avec un demi-sourire, elle laisse ses yeux planés autour de monsieur Jeremy alors que ses mains resteront des à présent sur ses genoux qui ne sont plus croisés mais parallèles, ses pieds touchant terre, avant elle pouvait les balancer dans le vide sans craindre qu'ils ne touchent le sol, quelque chose qu'elle regrette. Elle souffle du nez tout en répondant au garçon, faussement vexé mais surtout amusé.


- Déjà? Hé je ne suis pas une gamine non plus... et puis le temps n'est qu'une roue, tout comme l'âge, elle a de l'importance que si on le lui accorde. Parfois ça ne sert à rien de la regarder, cela nous fait simplement perdre du temps.

Elle hausse les épaules avec une moue avant de répondre.

- Bien sur, tu fais au moins 400 ans minimums...

Ophélia n'en pense pas un mot et lui offre simplement un sourire moqueur. Elle ne le trouve pas particulièrement vieux ou jeune, beau ou moche. Elle suppose qu'il a certains charmes, mais comme l'apparence elle n'en a que faire, c'est difficile de savoir si c'est vrai ou non. Ou même si elle réfléchit, il n'y a que la personnalité qui lui paraît séduisante à découvrir, le reste elle s'en fiche. Les cicatrices et les blessures racontent une histoire, donc ça serait seulement une raison de plus pour la femme d'apprécier l'homme âgé face à elle...

Toujours ce visage sérieux après la petite boutade lorsqu'on change la légèreté du sujet, une facette plus sage qui répondra en hochant la tête tout doucement d'un air songeur. Bien sur, Ophélia n'est aucun courant de rien concernant son implication dans la guerre et encore moins lorsqu'il était chez les immortelles.

- Oui, nous sommes tous des idiots, mais la véritable question c'est, cela change quelque chose qu'on en soit conscient ou non?

Il n'est pas obligé d'y répondre, c'est plus une réflexion qu'elle se fait à elle-même plutôt qu'une véritable question. Ophélia reste fière, même si parfois elle est modeste ou se sous-estime, il n'empêche que sa fierté la fait de temps en temps se sentir supérieur aux autres, personne n'est parfait, elle encore moins que les autres quoi qu'on en dise.

Prenant un air surpris, elle cligne des yeux avant de demander spontanément tout en l'observant avec intérêt, sans oublier de sourire face à ce qu'il dit.

- Tu écris? Tu veux écrire des livres? Sur quoi? Le paradoxe humain... effectivement, c'est amusant quand même de voir que nous sommes aussi compliqués que le mystère de l'univers et que parfois, j'ai l'impression qu'on aime se faire du mal.

Tout ceci est dit avec bonne humeur, aucune émotion négative, ce sont de véritables constations qui alimentent une conversation instructive. Ophélia pense et réfléchit beaucoup même si sur le coup de l'émotion elle agit souvent par impulsion, certain apprécie et d'autres... en fait elle n'avait jamais rencontré quelqu'un qui n'aimait pas cette autre partie de sa personnalité. Haussant un sourcil face à ce ricanement, elle commence un jeu silencieux dont elle seule connaît le dénouement, passant une main sur son menton tout en se penchant et de poser un coude sur sa cuisse afin de poser sa tête dans le creux de sa main, elle prend un instant de réflexion avant de répondre à la question.

- J'aime beaucoup l'histoire de l'homme à l'œil cendré.

Dira-t-elle en posant son regard sur Jeremy alors que sa gêne précédente a complètement disparu, ses yeux transpercent les siens avec une aura follement énigmatique. Sans oublier de répondre aux autres questions.

- Non je ne suis pas une Serdaigle... je suis une Gryffondor et fière de l'être.

Ne bougeant pas, elle répond honnêtement et sincèrement, parce qu'elle le pense.

- On peut toujours faire ce qui nous plaît, ce n'est pas rare, nous nous forgeons nos propres chaines après tout, cela ne fait exception à personne. À nous de nous libérer de notre propre prison... Une litanie sans fin sur les questions du monde, résoudre tous les mystères n'est pas obligatoire ou même réellement importante si on s'épuise à le faire. Tu détestes ne pas savoir... ne serais-tu pas un ancien Serdaigle pour vouloir et savoir en connaissance de cause de tous ces paradoxes? Cela ne m'étonnerait pas.

Dira Ophélia en rigolant légèrement, elle se moque peut-être un peu de lui, mais toujours avec gentillesse. Elle l'écoute avec un mini-sourire en coin, pour marquer le fait qu'elle trouve distrayant et amusant ce qu'il dit.

- Tu t'avances beaucoup je trouve, se revoir? N'est-ce pas ça la beauté d'une simple et unique rencontre, s'assurer que celle-ci sera toujours belle? Mais pourquoi pas, ton hypothèse où accord semble assez simple à réaliser. Tu as de la chance d'être de bonne compagnie !

Elle n'est pas du genre à garder ce qu'elle pense pour elle, donc elle le dit tout simplement. L'ancienne Gryffondor vient aussi du monde des moldue. Les contes, c'est ce qu'elle aime le plus, la petite sirène particulièrement, mais le véritable, celui qui se finit mal, une histoire magnifiquement triste. Ophélia se pose toujours beaucoup de questions, mais jamais les bonnes en général, son innocence surement qui prend le dessus dans ces moments-là.

L'écoutant attentivement, elle ne bougera pas de sa position initiale et répondra pour finir.

- Oui c'est vrai, tu as raison sur ce point même si ça revient un peu au même sur ce que j'ai dit sur l'instant présent et d'en profiter... dira-t-elle avec un clin d'œil avant de continuer à délier sa langue, c'est amusant d'ignorer finalement, hein ! Et puis nous verrons bien si tu as raison, même si j'ai follement envie de te contredire juste pour que tu puisses avoir tort et te contrarié, la frustration est un sentiment pas vraiment agréable, surtout pour un ancien bleu j'imagine...

Toute cette histoire sur les rencontres, les relations ou les instants présents, lui donnent mal à la tête car le souvenir d'avoir eu une conversation similaire persiste, mais elle ne parviendra jamais à mettre le doigt dessus.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Dim 21 Avr - 0:58

Ophélia et Jeremy ne faisaient finalement pas exception à la majorité des être humains : c'était une chose répandue que de se soucier d'une temporalité sur laquelle nous ne pouvons avoir un contrôle direct, par le biais du passé et du futur donc. Pourtant dans son cas ça n'avait pas toujours été comme ça. Le jeune homme se nourrissait de ses expériences passées pour atteindre un futur qu'il se destinait brillant. C'est à partir du moment où il s'était rendu compte que rien allait comme il l'avait prévu que des doutes et des craintes avaient pu s'insinuer, ça en plus de quelques mésaventures qui avaient pu laisser des traces, morales comme physiques.

Le passage de l'enfance à l'adulte pouvait être une chose perturbante, surtout dans le monde des sorciers. C'était un changement brute et radical, on passait de Poudlard et de tous avantages à la vie active, dans une société plus froide qui elle ne vous accordera plus les privilèges et l'attention dû à un enfant. Plus de Grande Salle avec ses repas déjà prêt, plus d'infirmerie "à domicile", plus de professeur pour répondre à ses questions, qu'elles soient scolaires ou plus intimes. Toutes ces choses qui nous maintenait dans un certain confort disparaissait d'un coup pour laisser place à une vie où il allait falloir apprendre à tout faire seul en plus de devoir trouver sa place dans la société, celle qui correspond ou se rapproche le plus de ses ambitions passées. Même si à côté de ça ça permettait d'enfin profiter de son indépendance et de cette liberté nouvelle.

Les réactions de la jeune femme étaient aussi spontanées qu'amusantes, oscillant entre l'insolence et une certaine sagesse assez rare chez une personne aussi jeune, cela marquait encore plus son côté enfantin et celui bien plus adulte, c'était un mélange assez détonnant et qui avait le mérite de faire naître un certain intérêt supplémentaire à la discussion, discussion qui l'était déjà sans cela. Il fallait avouer qu'effectivement ça pouvait prendre au dépourvu, entre autre chose, mais il s'y était accoutumé presque instantanément.

Toujours plus emporté par le fil de leur conversation Jeremy se tourna légèrement vers la jeune femme, les jambes croisés et son bras accoudé au dossier du banc sur lequel ils étaient assis. Après avoir subit la grande effronterie de la blonde c'était maintenant à lui de la piquer gentiment. Il secoua légèrement la tête avec une petite grimace.


- Tu peux inventer toutes les pirouettes philosophiques que tu veux ça ne changera rien au fait que tu sois une gamine !

Son sourire moqueur laissa place à un plus doux, comme pour signifier que non il ne la prenait pas pour une enfant mais cela ce sera sûrement quelque chose que l'apprentie ranger aura sûrement déjà constaté d'elle-même depuis qu'ils ont commencé à discuter sur ce banc.

- Je connais pas beaucoup de gens qui garderait un teint aussi frais à quatre cents ans ! Ceci dit je ne dois pas connaître beaucoup de personne de cet âge là.

Il avait beau avoir sa petite arrogance et sa petite fierté ça n'empêchait pas qu'il n'était pas le dernier quand il s'agissait de manier l'auto-dérision, il prenait tout autant de plaisir à pouvoir rigoler de lui-même que des autres.

- Avec notre discussion j'ai de quoi écrire tout un livre sur le paradoxe humain. En conclusion comme dernière phrase je mettrai la citation de la fameuse Ophélia "L'être humain cherche le meilleur mais préfère le pire". Après avoir ricané il reprit son sérieux. Sinon non je n'ai jamais eu l'ambition de devenir écrivain. Enfin j'ai bien une potentielle idée de projet... Je ne sais pas si je peux te le dire, ça peut paraître vraiment arrogant.

Un rictus un peu gêné parcourait son visage, c'était après tout une chose dont il n'avait parlé à personne, une sorte de projet personnel. C'était justement l'avantage de parler à une inconnue, qui le devenait de moins en moins, il était bien plus simple de parler de certains sujets sans craindre un jugement derrière, surtout sur celui-ci précisément. Le jeune homme ne cassa pas le silence dans lequel s'était murée la blonde pendant sa réflexion. Ne connaissant pas l’œuvre mentionné il tenta d'en savoir un peu plus.

- Je ne connais pas, ça parle de quoi ?

Son regard ne se détourna face à ces yeux qui le transperçaient et étaient emprunt de mystère, comme pour en comprendre les mécanismes et savoir ce qui pouvait se cacher derrière. En vain bien évidemment.

- Je me doute... Moi on m'a souvent affilié aux Gryffondors justement.

Chose qui ne le dérangeait absolument pas et en restant objectif Jeremy devait bien avouer qu'il avait beaucoup de traits de caractère commun aux rouges, sans renier sa maison d'origine qu'il considérait comme la sienne et dont il était fier d'avoir fait partie.

- Bien que je sois d'accord sur le fait qu'on s'emprisonne nous-mêmes je ne sais pas pour autant si se libérer de ces chaînes suffit à pouvoir faire réellement ce que l'on veut. Après ça dépend aussi de ses envies, certains peuvent se contenter de peu et savoir apprécier l'essentiel quand d'autres vont avoir une ambition démesurée. Des grands yeux ouverts de surprise fixèrent brièvement Ophélia. Si j'ai été un ancien Serdaigle, tu es la première personne depuis que je suis arrivé chez les sorciers qui trouve que je fais Serdaigle.

Dès lors elle pourrait mieux comprendre son étonnement quand elle avait trouvé la maison à laquelle il avait appartenu.

- J'aime à me dire que ça vaut le coup de prendre le risque de rendre une belle rencontre encore plus belle quitte à ce que la première bonne impression soit effacée. Un petit sourire satisfait s'afficha à la réponse de l'ancienne lionne. Et bien merci, je te retourne le compliment.

Ce serait finalement quelque chose de frustrant que de faire la rencontre de quelqu'un avec qui ça se passe très bien et que tout s'arrête d'un coup. A la remarque qui suivit un bref sourire gêné fit son apparition, se sentant un peu bête de répéter ce qu'elle avait dit juste avant.

- Désolé... Je t'ai honteusement paraphraser. Par définition la frustration n'est agréable pour personne mais c'est sûr que de vouloir faire croire à un Serdaigle qu'il a tord c'est de la cruauté. Je sais que tu n'oserais pas être comme ça !

Malheureusement Jeremy ne savait pas ce qui se passait dans la tête d'Ophélia. Le destin n'était pas en manque d'humour en faisant se rencontrer une personne qui a des problèmes de mémoire et une personne dont le métier est d'effacer des souvenirs. Si tant est qu'on puisse croire au destin.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Dim 21 Avr - 12:37

Donc même s'il semblerait qu'une ressemblance entre les deux personnes ait présente, c'est tout de même un comble que ça soit l'inversement ! Tandis qu'une c'était retrouvé complètement dépassé par ses craintes durant sa scolarité, ce fut après que Jeremy se retrouva submergé par les imprévisibilités de la vie. S'y retrouver lorsqu'on est libre comme l'air alors qu'à l'école elle n'avait jamais demandé de l'aide ou autres lorsque le vide emplissait son cœur et que personne n'était à ses côtés et maintenant... depuis qu'elle n'y est plus la jeune femme se sent plus épanouie d'une certaine façon. Peut-être que finalement Poudlard était comme une prison dorée dans son esprit? Car à présent, les millions de possibilités sur son avenir ne lui font plus peur, au contraire, serait-ce comme... une libération? Ou était-ci simplement l'effet de la guerre et de ses peines durant sa scolarité? Encore des questions qui n'auront pas de réponse. Même si la jeune fille a un trait de sa personnalité simple à comprendre et a analysé, il n’empêche que l'autre est pire que les énigmes d'un sphinx. Donc c'est amusant de savoir que Jeremy, c'est l'inverse, que durant ses années d'études ils savaient ce qu'il voulait dans cette école protectrice, attentionné et chaleureuse et qu'une fois lâché dans la vie réelle, le monde cruel qui ne lui a surement laissé, aucun repos durant ces quelques années, il se retrouve hébété sans savoir quel chemin prendre avec exactitude. Le château est comme une mère qui prend soin de ses enfants avant de les lâcher d'un seul coup pour qu'ils puissent prendre leurs envols et se débrouiller avec ce qu'on leur a appris et enseigner en espérant qui ne dégringole pas.

La blonde est surement monté à l'envers, c'est la seule explication plausible. Dans tous les cas, peut-être que le prénom de ce garçon lui dit quelque chose de ses vieilles conversations avec Harmony, elle l'avait surement entendu une fois mais difficile de faire le lien ou même de remontrer aussi loin dans ses souvenirs. Mais dans tous les cas, c'est elle qui lui avait dit que comme son copain n'avaient pas écouté les "ordres" du ministère, il avait été torturer ou quelque chose comme ça. Du coup, c'est à partir de là qu'elle a décidé de cacher son don et de ne le dire qu'aux personnes en qui elle avait confiance, cette pensée terrifiante qu'on puisse lui faire du mal à cause de son don lui avait fait passer quelques nuits blanches en plus qu'Harmony lui avait dit que le monde était plus dangereux qu'il n'y paraît, le début de son innocence envolé à ce sujet sur la réalité de cette planète. Cela devait être en seconde année que ça c'était passé, des lustres en soi Ophélia s'était dit que finalement Auror n'était surement pas une bonne idée afin de comprendre et cacher son don. Elle deviendrait une héroïne comme dans ses BD d'une autre façon, et actuellement Ranger était parfait, une fois que sa maîtrise de la panthère serait fini, elle tentera de savoir si c'est possible d'essayer de se transformer en une créature magique si elle parvient à en voir une qui l’intéresse, sait-on jamais.


S'adapter à Ophélia aussi rapidement est quelque chose qui amuse beaucoup la jeune fille et lui donne espoir en la beauté intérieure des personnes qu'elle croise. Elle sait qu'elle n'a pas un caractère facile à suivre, mais quand c'est le cas cela ne peut que la rendre plus encline à s'ouvrir un peu plus à la personne en face d'elle d'une autre manière qu'en faisant des confidences, plutôt à se révéler à lui en exposant ses idées et sans forcément parler d'elle et de sa vie actuelle ou passée.

La petite pique fait effet et la jeune femme lui lance un regard un peu noir sans se départir de son sourire, elle aime provoquer mais il est si simple de le lui rendre la pareille, elle ne marche pas mais plutôt court au-devant de ce qu'on lui dit simplement pour la titiller. Prenant une mine à la fois boudeuse, énerver mais aussi amuser, elle se mordra sa joue intérieure pour éviter de répondre plusieurs phrases qui la traversent comme par exemple : "Je ne suis pas une gamin !", "tu ferrais moins le malin si je te saute pour te dévorer" ou même du coup simplement le faire. La viande crue est un mets qu'elle a goûté sous sa forme, et il faut dire que c'était plutôt... délicieux. Mais elle restera silencieuse et sage tout en finissant par détourner le regard afin de répondre à la suite, même si elle devine que c'était pour rigoler, tout comme ses pensées, un sourire équivoque sur ce qu'elle pense réellement faite son apparition sur son visage, même s'il y a de la douceur aussi. Ophélia est simplement impulsive et suit souvent ses émotions, elle ne passerait jamais à l'acte réel ou du moins, ça serait juste pour surprendre ou faire peur, elle devine qui ne le pense pas mais ne peut s’empêcher son âme de s'enflammer, ou peut-être qu'elle essaye juste de l'intimider d'une certaine façon avec sa précédente réaction.


- Un teint frais? Je ne dirais pas cela... j'ai cru voir quelques rides faire leur apparition, devrais-je t'appeler Papy? Et sens-tu la pipe et la menthe poivrée? N'est-ce pas trop difficile de marcher avec tes articulations vieilles?

Dira-t-elle d'une voix doucereuse avec un œil amusé, alors qu'elle reste dans sa position initiale. Menton dans sa main, coude sur ses genoux alors que ses jambes sont croisées et qu'elle penche légèrement la tête sur le côté avec un air innocent. Ophélia aussi aime cette façon gentille de se moquer d'elle-même, mais elle préfère quand c'est elle qui le fait sur sa personne plutôt qu'une autre même si elle ne le prend jamais réellement mal, ça pique juste un peu sa fierté simplement.

- Un livre ne suffirait pas pour écrire le paradoxe des humains, je le mettrais en plusieurs volumes et cette phrase en serait le titre de cette suite sans fin. On essaye de retranscrire l'histoire pour ne pas faire les mêmes erreurs que nos ancêtres, mais finalement ça ne sert à rien car nous recommençons à chaque fois... on oublie facilement quelque chose qu'on a appris simplement pour se donner bonne conscience ou alors pour réitérer les mauvais choix en connaissance de cause tout en gardant l'illusion que non, on fait mieux ou différemment, on se convainc qu'on ne fait pas la même chose mais on se ment à nous-mêmes.

La jeune fille s'emporte encore une fois dans ce qu'elle raconte et revient sur terre pour prendre un ton plus léger face à ce qu'il dit ensuite.

- Je te trouve déjà arrogant donc si tu me parle de ta fameuse idée cela ne changera pas grand-chose tu sais...

Encore une pique gratuite qu'elle se délecte de lui lancer, insolente à souhait.

- Enfin bon, j'en reste curieuse tout de même, mais je comprendrais que parler d'une chose à une inconnue alors qu'on n'en a jamais parlé à quelqu'un d'autre, c'est assez délicat. J’accepterais donc de rester dans l'ignorance dans ce cas, même si c'est difficile..

Dira-t-elle avec humeur, avant de se concentrer sur la suite, elle répondra d'abord à tout ce qu'il dit avant de commencer le petit résumer de cette histoire particulière à ses yeux actuellement. Mais elle pouffe un peu de rire, contente de l'avoir surprise, elle trouvait simplement que ses discours, mots, paroles précédent était ceux d'un Serdaigle. Retrouvant un air plus adulte ensuite, à la fin de ce qu'elle va dire.

- Il est vrai que j'ai hésité à te mettre à Gryffondor au début, mais tes mots m'ont convaincu que tu étais à Serdaigle par la suite. Et puis de toute façon... une maison ne nous définit pas entièrement, c'est juste une sorte de guide et qu'un trait de notre personnalité est plus fort que les autres, rien de définitif en soi.

Quelques secondes de réflexion avant de continuer.

- Je suis d'accord avec toi, mais dans ce cas, la véritable question c'est... fais-tu partis de ceux qui peuvent se contenter de peu et savent apprécier l'essentiel ou alors à être une ambition démesurée? En fonction de la réponse, on sait si on peut se libérer de ses chaines du coup ou pas ! Tout est simple si on aborde la question de la bonne manière, se libérer ait moins durs qu'on ne le pense à partir du moment où on en prend la décision car c'est ça le plus difficile à faire.

Petite moue alors qu'elle se mord la lèvre inférieure pour continuer d'ouvrir sa bouche afin d’alimenter encore un peu la conversation, avant la partie la plus intéressante.

- Parfait, le risque il n'y a que ça de meilleur afin de se sentir plus vivant ! Merci aussi pour le retournement de compliment du coup, dit-elle en entortillant ses cheveux avec son autre main tout en regardant ses pieds avant de relever le regard vers lui, je te pardonne tu à de la chance, je suis une personne cruelle donc quoi que tu penses, je t'assure que tu as tort ! Ce n'est pas une bonne idée de surestimer une gamine... moi qui pensais que la sagesse d'un papy surpassait tout.

Les fossettes sur ses joues apparaissent légèrement.

Maintenant qu'elle a allumé l'étincelle dans le regard de Jeremy, elle balance la bombe de l'histoire qu'elle apprécie sur l'instant présent, aujourd'hui.

- Il était une fois... un homme à l’œil cendré. Bien sur, avant de le devenir, il a été un homme tout à fait banal et ordinaire à une époque ancienne où les rois, reines, Princesse et prince peuplaient encore le monde, aussi nombreux que le maïs dans un champ prévu pour les faire pousser. D'abord, comment a-t-il eu cette particularité? Il faut savoir qu'il était un chevalier à ce moment-là, loyal et courageux, et qu'un roi lui ordonna d'aller se battre sur le champ de bataille. Mais tout ne se passa pas comme prévu alors que le combat faisait rage entre deux peuples différents par la façon de voir les choses, mais pareil physiquement. Du sang coulait, des gens mouraient, cela n'avait rien de glorieux même si l'histoire de cet affront, fut plus tard enjolivée.

Petit silence où Ophélia se perd une seconde sur un point invisible avant de reprendre le récit.

- Dans tous les cas, l'homme fut gravement blessé, une flèche imbibée de poison traversa son œil alors que la fin du massacre était quasiment fini. Mais il fut sauvé, un rescapé parmi tous les morts alors qu'il se réveilla avec un bandeau et un terrible mal de tête ou alors... d’œil. Il se tortura l'esprit en se demandant pourquoi lui? Pourquoi est-ce qu'il avait survécu alors que les souvenirs atroces de cette bataille, mais aussi des autres ne le rendaient pas heureux, c'est quelque chose qui le dévorait mais il essaya d'en faire abstraction et resta dans un village pour aider les villageois à le reconstruire même si son cœur saignait face à toute la douleur et souffrance qu'il avait vue et qui était même en lui. Comme une plaie qui saigne abondamment et qui ne pourra jamais se refermer. Finalement, quand on n'a aucune réponse et beaucoup de question... pourquoi se torturer à tout le temps y penser?

Elle laisse le suspens prendre possession de l'histoire.

- Quelque temps après, alors qu'il gardait un cache-œil car son œil avait miraculeusement guéri mais restait assez étrange. Dans une glace, il l'avait regardé et il ne comprenait pas comment c'était possible que d'un, il vît en gris de coté-là et qu'en plus son aspect était entièrement gris, pas que la pupille, l'intégralité de son œil était couleur grise. Était-ce à cause du poison imprégné sur les flèches? Il cachait donc ceci, et lorsqu'il rencontra une petite fille malade atteinte de la rougeole et qu'elle lui demanda de retirer ce qui cachait son œil, un phénomène étrange se passa. L'enfant devint de la cendre d'un seul coup, un petit tas... et l'homme apeuré par ce qui venait de se passer s'enfuit alors qu'une totale incompréhension et effrayante s’insurgea en lui. Fuyant cette vision et ce qu'il venait de faire sans en prendre réellement conscience car il venait de tuer un être humain avec un simple regard. N'osant plus relever le bandeau, il se cacha dans une forêt et habita une grotte, se fermant au monde et à son cruel destin alors que la curiosité de ce qu'il avait finit par prendre possession de lui. Bien sur, il n’essaya pas sur des humains, d'abord sur un animal, quelques plantes et un arbre. Tout se transforma en cendres sur son passage et il resta pétrifier devant cette oeuvre... comment allait-il vivre après ça? Devait-il se suicider face à la malédiction qui lui faisait face?

C'est triste effectivement alors que la jeune fille joue avec sa voix pour donner plus de profondeur à ce qu'elle raconte, finissant finalement l'histoire tout en observant la réaction de Jeremy.

- Pleurant de son malheur, il ne remarqua pas tout de suite qu'il y avait du mouvement dans la cendre ou il avait tué l'animal quelques heures plus tôt, un écureuil. Puis finalement, il remarqua et vit quelque chose d'incroyable, l'animal s’éleva du tas de cendre même s'il semblait différent de précédemment. Il semblait plus beau, plus fort... Non il n'y comprenait rien, pourtant, et afin de vérifier quelque chose il va aux différents endroits ou il a utilisé cet étrange pouvoir pour remarquer que... tout ce qu'il avait réduit en cendres était revenu en beaucoup plus robuste et magnifique. Les fleurs semblaient plus vivantes et grandes, le vert des arbres était presque brillant alors qu'un doute planait sur l'homme. Bien sur, il alla finalement dans le village pour découvrir que la petite fille était effectivement toujours vivante et en pleine santé. Elle le reconnut bien sur, et clama que c'était lui qui l'avait sauvé... soulager et heureux. Il découvrit que son pouvoir faisait simplement renaître en meilleure santé les autres, les guérissant même du pire en quelques heures alors qu'ils renaissaient à chaque fois parmi les cendres, il trouva un but et une raison de vivre à toutes ses souffrances passées, peut-être aussi un moyen de soulager sa conscience et d'apaiser ses plaies invisibles. Voilà l'histoire de l'homme à l’œil cendré... que certains nomment aussi l'homme phénix.

Qu'il essaye de décrypter les rouages dans les différents pigments des yeux bleus d'Ophélia dont aucun n'a la même teinte.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Dim 21 Avr - 23:11

Lui aussi avait très longuement attendu cette liberté et de pouvoir enfin rentrer dans la vie active. Dans le cas de Jeremy se ne fut même pas forcément l'imprévisibilité de la vie qui l'aura mené à vivre des scènes traumatisantes, bien qu'elle ait pu faire son œuvre aussi par la suite. Il s'était préparé à cette guerre depuis la fin de sa scolarité. Dès sa sortie il avait rejoint le Ministère sous ordre Immortel pour pouvoir les infiltrer eux par la suite. Tout ce qui s'était passé ensuite le jeune homme avait eut le temps d'y réfléchir pendant des années de long et large et de se préparer à toutes les horreurs qu'il verrait et même qu'il devrait commettre. Pourtant ça n'avait pas suffit, aucune imagination ou empathie ne pouvait permettre d'être prêt pour ce genre de tâche. Et à partir de ce moment toute sa vie avait commencé à partir en morceau. Heureusement pour lui tout cela se sera fini par la libération des prisonniers et un retour à la paix ensuite, sans ça il aurait eut du mal à vivre avec tous ces souvenirs en sachant que ça avait été pour rien. Et maintenant il se débattait pour retrouver ce qui était sûrement perdu à jamais et tout ce qui pouvait ne pas aller n'était que la continuité de tous les graves évènements qui s'étaient mis sur sa route.

Et Harmony en faisait bien évidemment partie. Lui aussi aurait pu se souvenir du prénom d'Ophélia qu'il avait déjà entendu de la bouche de son ancienne compagne. Mais ça lui était maintenant compliqué de repenser à tous les souvenirs qu'ils avaient ensemble, son suicide était encore présent et gravé au fer rouge en lui, c'était même probablement ce qui avait été le plus dur à vivre pendant l'occupation Immortelle. Cette mort l'Oubliator en était responsable, il l'avait complètement délaissé pour ses propres objectifs et notamment sa mission, il ne l'avait même pas prévenu. Plus que cela il pensait avoir fait ce qu'il fallait en la libérant de Lanneyst sans voir qu'elle vivait avec une souffrance énorme en elle. La culpabilité était énorme, encore plus quand il se souvenait à quel point Harmony l'aimait.

Le français se mordit la lèvre inférieure avant qu'un sourire espiègle ne grandisse sur son visage à la réaction d'Ophélia, pleinement satisfait de constater que ses petites piques fonctionnaient. Il l'aurait été d'autant plus si il pouvait lire dans les pensées de la jeune femme qui semblait avoir des idées pour le moins... originales. Mais en aucun cas il ne trouvait son interlocutrice faisait gamine. Elle avait un côté enfantin, certes, mais qui n'était en rien une preuve d'immaturité. Bien au contraire même au vu de leur conversation. Et puis de son point de vue c'était justement une belle preuve de maturité que de savoir devenir un adulte sans pour autant perdre ce brin d'innocence, ce que très très peu de monde était capable de faire sur toute une vie, voir même personne.


- Ne t'en fais pas que mes vieilles articulations suffisent à mater les jeunes qui ne respectent par leurs aînés ! Et puis les rides me vont plutôt bien, tu ne trouves pas ?

Pour plaisanter Jeremt garda un air sérieux, comme si sa question était sincère, sérieux qu'il ne pu garder bien longtemps finalement avant que son visage n'affiche cette même expression amusée qui était souvent présente depuis qu'ils avaient commencé à discuter. Ce sujet précis sur sa "vieillesse" le renvoyait à une certaine discussion avec la petite Aurore qui s'amusait elle aussi à le comparer à un vieux, il fallait croire que c'était propre aux Gryffondors. Cette pensée fit s'afficher un rictus en coin.

- Il est vrai qu'il y a tellement à dire... Il existe des milliers d'exemples qu'il est facile d'observer jour après jour, ne serait-ce qu'en prenant nos propres personnes. Tu penses vraiment que la majorité des personnes ignorent sciemment les erreurs faites par nos ancêtres pour eux aussi pouvoir les faire ? Ce n'est pas impossible même si je serai plus enclin à penser que c'est un mécanisme involontaire. Dès lors que nos émotions s'en mêlent il peut devenir très compliqué de raisonner et de prendre les bonnes décisions. C'est peut être ça le problème de l'être humain, de devoir être pragmatique quand les sentiments nous mène vers le chemin inverse.

Un sujet qu'il connaissait bien pour avoir été quelqu'un, peut être toujours, qui agit énormément sous le coup des émotions, c'était même son principale problème à Poudlard. En tout cas la jeune blonde s'emportait peut être dans ses hypothèses mais il semblerait que son voisin de banc soit tout aussi disposée à la suivre.

L'ancien Serdaigle plongea ses iris bleus clair dans ceux de l'apprentie ranger pendant deux trois secondes, comme pour la jauger, avant d'acquiescer doucement avec un léger sourire gêné au début, il avait envie de lui en parler, tant pis si cela lui vaudrait quelques railleries.


- Et bien j'aimerais bien un jour écrire... mes mémoires ? Je te rassure je ne compte pas écrire un livre sur ma vie en espérant le vendre à des milliers de personnes. Non je veux simplement raconter tout ce que j'ai pu vivre, ce que j'en ai pensé, des choses de ce genre. J'ai déjà vécu beaucoup de choses je pense et j'en vivrai sûrement d'autres. Là encore je n'ai pas la prétention de penser que ça intéressera qui que ce soit mais ça serait une façon de laisser une trace dans ce monde, que l'on puisse se souvenir de moi. Et même pour moi pour que je puisse revivre tous ces souvenirs avant qu'ils ne deviennent flous voir impossible à se rappeler.

Qu'ils soient douloureux ou heureux, tous ces souvenirs étaient ce qui faisait sa personne aujourd'hui, c'était quelque chose de précieux pour lui. A la fin de sa "confession" le jeune homme jeta un regard curieux vers la jeune femme, appréhendant légèrement la réaction que cela pourrait susciter.

- Oui je ne me définis par ma maison de toute façon et contrairement à d'autres ça n'a jamais été un critère dans le choix de mes relations. Je sais que j'aurais pu rejoindre n'importe quelle maison au final, ce qui n'aurait pas changé grand chose je pense.

Peut être même chez Serpentard même si ce n'était pas la maison vers laquelle l'enverrait une grosse majorité de personne.

- Démesurée je ne sais pas mais ambitieux je l'ai toujours été. Je parle pas forcément professionnellement uniquement mais même avec que je suis ou à ce que je pourrais apporter de bon dans le monde qui nous entoure. Pourtant je sais apprécié quelque chose de simple, comme notre discussion inattendue au beau milieu de la nuit, mais parfois j'ai ce sentiment qui traîne et qui fait qu'il m'en faut... plus ? C'est bête et pourtant c'est ancré en moi, comme une émotion qui te prend et que tu ne pourras jamais totalement contrôlé ou même faire disparaître. Et toi te tu sens prisonnière de certaines chaînes invisibles ?

Lui aussi avait envie d'en savoir plus sur cette personne dont il ne connaissait que très peu de chose encore. C'était aussi ça qui était agréable dans une nouvelle rencontre : tout était à découvrir chez l'autre.

- Je ne sais pas vraiment si le risque est une bonne chose mais dans certains cas il est assurément nécessaire. Pour en revenir au sujet de l'ambition ça en est aussi finalement, d'autres arrivent à se contenter de leur quotidien et d'une vie paisible sans trop de remous. Il souffla du nez ensuite avant de répondre. Et bien c'est que je ne suis pas si vieux que ça ! Plus sérieusement je ne trouve pas que tu sois une gamine.

Finalement vint l'histoire. Au début Jeremy fut surpris, il ne s'attendait pas à se la voir raconter dans son entièreté mais ne dit rien à ce propos pour écouter Ophélia, il avait envie de l'entendre. Son dos rejoignit le dossiers du banc alors qu'une de ses jambes vint se replier sous l'autre. Son regard oscillait entre la jeune femme et le ciel étoilé, un sourire s'affichant imperceptiblement de temps à autres.

Il trouvait même que l'histoire pouvait faire plus ou moins écho à la sienne, notamment le début, ce qui le mit encore plus en condition. Ophélia racontait bien les aventures de ce pauvre homme, il se mit à se représenter le récit dans sa tête de ce fait. La fin était, comme prévu, bonne, il avait même beaucoup aimé celle-ci, le message qui s'en dégageait lui plaisait. Ca le touchait même, un homme hanté par son passé à cause d'actions terribles mais qui ne cherchait qu'à faire le bien autour de lui en pouvant le faire finalement, c'était une fin qu'il aimerait avoir pour lui. A son visage l'ancienne préfète pourrait voir que son récit provoquait une certaine réflexion tout du long.


- C'est... vraiment une belle histoire, j'apprécie beaucoup la morale de fin. C'est très rare les gens écorchés qui arrivent à trouver leur rédemption. Merci à toi de me l'avoir raconté.

Un nouveau sourie, bienveillant, fut adressé à Ophélia.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Lun 22 Avr - 11:06

On pense souvent être préparé, être assez fort à subir quelque chose parce qu'on s'en croit capable même si en vérité non, on ne peut pas prévoir l'imprévisible, on ne peut pas savoir qui nous sommes vraiment sans tester nos limites, les frôler, les dépasser ou même les briser. Et puis, personne ne peut être prêt à encaisser des traumatismes, on ne connaît pas notre seuil de sensibilité et d'ignorance à ce sujet, quelque chose qui casse l'esprit est parfois tellement violent et singulier qu'on penserait le voir venir et penser qu'on peut le rencontrer. Est-ce de la prétention, ou de la belle naïveté? C'est une tache qui demande d'abandonner une partie de notre être, de notre corps et de notre cœur.

Le garçon semble s'être laissé noyé pour apporter son aide et ses principes, mais à présent que l'eau semble l’étouffer et le perdre dans une mer infinie de question et de souvenir douloureux, il ne sera pas aisé de remonter à la surface afin de prendre une bouffer d'air et de respirer. La brûlure dans ses poumons sera toujours présente mais personne ne peut oublier une autre partie de nous-mêmes qu'on s'est créer avec des buts et des objectifs.

Indirectement, il y avait donc un lien entre les deux personnes présentes qu'Harmony avait discrètement tissées, mais aucun des deux ne le savait en vérité. La jeune femme aussi avait essayé de l'aider, principalement après la mort de Candice, dormant même avec elle, mais malheureusement Harmony s'était forgé un énorme mur pour sombrer seule dans une pièce de folie dont elle seule semblait en avoir la clé. Ophélia aussi aurait pu être coupable de son suicide, en étant tout simplement pas assez présente pour elle, elle aurait pu aussi essayer de défoncer le mur dont la fille s'était enfermée dedans. Une histoire dans son carnet est au nom d'Harmony, depuis sa perte de mémoire, elle note les prénoms en bas que chaque histoire, seule reste un mystère. Elle ne pourra jamais l'oublier en somme alors que leurs rencontre et aventure hantaient ses pensées, elle aurait simplement voulu une autre chance pour tenter de la sauver avec l'expérience qu'elle a acquise depuis aujourd'hui, mais seule celle qui a fini par commettre l’irréparable avait la clé pour sortir de son enfer créer par son propre esprit.

Et puis au final y aussi d'autres personnes qui les rattachent directement alors qu'ils l'ignorent, comme Freddie par exemple. La candeur de leur ignorance est belle, sans doute s'ils finissent par comprendre qu'ils connaissent tout ce petit monde, la conversation aurait une chance de tourner au vinaigre... quoique avec Ophélia on ne sait jamais vraiment comment elle va réagir à certaines choses.


Il faut le dire comme il l'est, des pensées tordues et sanguinaires qui ne sont que le reflet de son coté animal qu'elle maîtrise depuis qu'elle a découvert son don. D'ailleurs, elle pourrait parler de ses séances d'entrainement à ce propos avec Harmony lorsqu'il avait commencé à pointer le bout de son nez, la jeune fille l'avait aidé et accompagné à ses débuts. Dans tous les cas, même si cette pensée est délicieuse de le dévorer au sens propre pour arrêter de le faire sourire face à son insolence et ses piques qu'il lui donne, même si c'est légitime. Enfin ça serait dommage que la première personne qui voit sa forme de panthère noir, elle la dévore ensuite, mais bon, elle se pose des questions sur le gout, tous les humains ont le même goût? Est-ce qu'il y a une différence entre les moldues et les sorciers?

Elle sourit, pince ensuite ses lèvres en fronçant les sourcils face à son sérieux, avant de se détendre de nouveau. La jeune fille a souvent tendance à tomber dans le panneau, donc c'est difficile pour elle de savoir quand son interlocuteur est sérieux. Parfois elle n'est pas très douée pour percer à jour quelqu'un qui joue un rôle. Donc, hop, elle lui relance une pique tout en passant une main dans ses cheveux en détournant le regard.

- Non...

Dit-elle en lui tirant furtivement la langue avant de se reprendre et de passer à la suite de la conversation. Ophélia connaît aussi Aurore à qui elle a conté une histoire une fois, que des liens invisibles qu'aucun des deux ne connaît. L'observant toujours avec une certaine attention.

- Je pense aussi que c'est plus inconscient qu'autre chose, une manière de se protéger de notre propre bêtise.

Ophélia rougis en baissant le regard tout en se grattant la joue avec son ongle alors qu'elle se redresse sur le banc pour s'y adosser avant de se remettre en tailleur sur celui-ci. L'ancienne lionne n'est guidée, la plupart du temps, qu'aux émotions et sentiments qui la traversent, c'est sa façon de fonctionner car elle écoute beaucoup plus ses envies que sa raison, l'accident est le seul révélateur connu de cette partie d'elle qui a fait souvent, beaucoup trop de bêtise, frôler la mort en est une. Même si cela l'a assagi... elle n'est pas à l'abri de réitérer ses erreurs, le parfait exemple de ce que décrit presque Jeremy à ce propos, de faire les bons choix et d'être pragmatique.

- Oui, je ne pourrais pas te contredire à ce sujet, je suppose que c'est le propre à l'être humain... un peu comme l'espoir qui peut autant être un poison que bénéfique pour notre esprit.

L'espoir... cela lui rappelle encore quelque chose, c'est frustrant de ne pas savoir. Heureusement que l'homme âgé continue à la suivre dans cette discussion vraiment peu banale, sinon elle sentirait bien seule. La blonde se tourna vers lui pour l'écouter parler de ce qu'il souhaite écrire, avec un sourire en coin assez amusée et moqueur.

- C'est une idée... intéressante, puis elle prendra un air plus approfondi et sincère, pourquoi ne pas commencer à le faire dans ce cas? Cela n'engage à rien d'essayer, et puis comme ça tu exposes cette envie et tu vois ce que cela donne et si tu es satisfait de ce que tu as fais, tu fait en fonction. Faire passer des messages à notre génération future n'est pas mauvaise en soi...

Haussant les épaules, elle se mord la joue intérieure avant de dire.

- Peut-être que ça m’intéresserait moi...

Puis sa fierté surpasse sa curiosité alors qu'elle rajoute avec un sourire narquois.

- L'histoire d'un vieux Monsieur qui a vécu beaucoup de choses, dépêches-toi sinon les rides vont finir par vraiment te rattraper, en plus des cheveux blancs.

Grand sourire insolent, elle ne répondra pas à ce qu'il dit sur les maisons car elle le comprend et qu'elle n'a rien à rajouter dessus, une maison reste une maison, et Ophélia à des amies dans chacune d'elles. Elle l'écoute d'une oreille distraite, l'observant toujours avec ses yeux azurés avec un air malicieux mais un tantinet sage.

- Un homme ambitieux qui veut tout même s'il apprécie quand même les petites choses? Tu es bien quelqu'un d'insatiable dans ce cas, peut-être. C'est donc pour ça la proposition d'une autre rencontre, se contenter que d'un seul moment dans un parc en pleine nuit avec une gamine ce n'est pas assez? Donc tu agis sous le coup de l'émotion?

Quand il lui pose la question, la jeune fille ne peut faire la moue, c'est plus difficile de parler véritablement de soi que de faire des allusions, elle dira simplement tout en restant subtil.

- Bien sur que je suis prisonnière de certaines choses, il y a des trucs que je ne pourrais jamais faire mais cela ne me dérange pas car j'ai l'est choisi au fond, même si ce sont pour des petites choses sinon je ne me gêne pas pour faire ce qu'il me plait.

Petit sourire alors qu'elle penche la tête sur le côté pour ce qu'il répond, Ophélia est amusée.

- Seulement dans certains cas, frôler la mort n'a rien de grisant je trouve. Il faut faire attention à soi et aux autres, toujours réfléchir un minimum quand il y a un risque pour ensuite en assumer les conséquences, petit silence avant qu'elle ne continue, oui c'est sur, quelque chose de simple et paisible à un côté sécurisant et protecteur je suppose même si ça peut être ennuyant. Tout comme une vie d'action et d’imprévisibilité à quelque chose d'excitant mais aussi épuisant que ça soit mentalement ou physiquement. Il faut choisir lequel sera le mieux pour notre propre personne et... être égoïste.

Le visage d'Ophélia sera hésitant une seconde avant qu'elle ne se montre franche et honnête avec lui, sans oublier de le remercier pour cette brillante analyse.

- Merci, et heureusement, ça serait embêtant pour le ministère de donner une formation d’apprenti ranger à une gamine. Et je rigole, je ne te trouve pas particulièrement vieux, tu sembles avoir à peu près mon âge d'un point de vue extérieur, mais j'ai l'impression que seuls tes yeux ont l'air de l'être.

Pour l'histoire, elle se contente de sourire alors qu'elle observe un petit moment les étoiles dans le ciel, un spectacle qu'elle apprécie toujours et qu'elle n'a que très peu l'occasion de voir depuis qu'elle a quitté l'école. Cela l'étonne qu'il ne demande pas le nom de l'auteur si cette histoire lui a plut.

- De rien, je trouve aussi que c'est une belle histoire... il n'y a pas vraiment de fin, c'est surtout la fin d'une agonie et le début d'une nouvelle perspective et vie. C'est très rare oui, mais... c'est ça qui rend la chose exceptionnelle, quand on veut s'en sortir on peut y arriver même si cela va demander beaucoup de nous-mêmes, de détermination et de volonté... enfin je suppose.

Dit-elle en lui rendant un gentil sourire en réponse au sien.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Lun 22 Avr - 13:49

Beaucoup serait enclin à dire qu'être fort c'est être capable d'aller au devant du danger et faire face contre vents et marées mais finalement être fort inclut aussi tout ce qui se passe après, notre capacité à nous relever de certaines épreuves tout en arrivant à garder le cap. L'ignorance permettait de se voir plus fort que l'on pouvait l'être, le rester en connaissant la réalité des choses en était une autre.

Se sentir aussi perdu parfois était perturbant pour lui, le jeune homme avait toujours été une personne qui savait vers où elle allait, qui y aller avec confiance et surtout une détermination inébranlable en toute circonstance, peu importe ce qui se passait dans sa vie. Pourtant il finirait par se relever, il n'y avait pas le choix. Ce n'était même pas qu'il l'espérait, c'était une nécessité, quelques personnes pouvaient encore compter sur lui et il se devait de redevenir un peu plus comme avant pour elles.

Il était vrai qu'étrangement pas mal de personne ne les lie eux deux. Harmony, Freddie ou Aurore donc mais sûrement encore bien d'autres gens. Par exemple tous les deux avaient vu leur vie sauver par la même médicomage. Très certainement qu'un jour ils viendrait à remarquer ces coïncidences et à parler de certaines de leur relation commune, peut être même ce soir. une discussion qui serait sous le signe de la nostalgie sans pour autant être négatif mais c'était effectivement dur de prévoir quelles émotions allaient se manifester à ce moment là. Sûrement que l'Oubliator serait tout de même content de savoir toutes ces belles choses qu'avaient faites Harmony pour Ophélia.

Quand aux pensées étranges de la jeune femme, il ne pouvait pas s'imaginer une seule seconde qu'elle pense à le dévorer ou à savoir quel goût il pouvait avoir. Sinon auquel cas Jeremy aurait plaisanté sur le fait qu'il est flatté qu'on le trouve appétissant avant de chercher à voir l'ex lionne faire ses prouesses, les dons avaient toujours été un sujet qui le passionnait. Et les changeformes ne faisaient pas exceptions, surtout après avoir pu voir Ezo à l’œuvre par le passé.


- Et bien tan pis, je suis vieux et décrépit, j'arriverai à vivre avec.

Ce qui en un sens n'était pas entièrement faux si on enlevait la vieillesse de l'équation. Les bras croisés il jeta un regard faussement sévère à cette insolente qui osait lui tirer la langue.

- Alors que c'est justement ça qui mène l'être humain à faire ces bêtises. Je crois que là on est bien partit pour écrire le deuxième tome sur le paradoxe humain dans la foulée.

Le français était semblable à la blonde au même âge, ses émotions dictaient bien trop souvent sa vie et ses choix. C'est seulement les impératifs de certains évènements et le temps qui passe qui avait pu le rendre plus mûre là-dessus. Passer du temps avec les Immortels l'avait aussi obligé à se surpasser en la matière pour sa propre survie. Pourtant il y aurait toujours des situations particulières qui le pousseraient à écouter ses sentiments au delà de toute raison.

- L'espoir, c'est aussi une notion très complexe oui. C'est quelque chose qu'il faut manier avec subtilité.

Le regard un peu fuyant lorsqu'il parlait de ses envies d'écrire l'ancien Serdaigle était soulagé de voir que son idée ne semblait pas être mauvaise pour Ophélia. Un sourire en coin il acquiesça imperceptiblement.

- Et bien à vrai dire j'ai déjà commencé à le faire. Enfin plutôt écrire sur certains évènements de ma vie avec certains réflexion que j'ai pu avoir à ce propos. Je n'ai pas la prétention de faire passer des massages ceci dit. Mais si je peux au moins amener quelqu'un à réfléchir et à s'interroger sur sa vie ce serait déjà quelque chose de grand. Ou même simplement à s'intéresser à ce que je suis.

Ce qui semblait être le cas. Il sourit en constatant que la jeune femme se sentait obligé de le piquer à chaque fois qu'elle lui disait quelque chose de gentil. Et aussi car ça le touchait un peu que sa vie puisse réellement susciter un intérêt.

- Vraiment ? Et bien peut être que toi tu auras le droit d'entendre toutes ces aventures raconté de vive voix.

Ce qui était un exercice encore différent, c'était bien plus délicat d'en parler en vrai, certaines scènes restaient marquantes même si le temps faisait son oeuvre et les rendait bien plus supportables passé au bout d'un certain temps. Peut être qu'Ophélia préférerait lire qu'entendre, que ce serait également plus simple pour elle.

- J'imagine qu'on peut considérer que j'agis sous le coup de l'émotion dans ce cas là. Cependant ce n'est pas mal d'y succomber si il n'y a pas de risque derrière. Encore plus quand c'est pour quelque chose qui puisse nous être agréable.

Vouloir absolument obstacles à ses émotions ne lui aurait apporté que frustration ou regret dans ce cas là.

- Finalement on a tous nos propres chaînes. Ne serait-ce que nos convictions ou notre façon de voir le monde qui nous enchaîne déjà, comme bien d'autres paramètres.

Comme l'ambition justement ou même quelque chose de basique comme sa propre personnalité.

- Disons que le chemin qui nous amène à frôler la mort peut être grisant. Et c'est là que tu as raison, faire face à la mort n'a rien de grisant. Tu te rends seulement compte que ta fin est inévitable et que même si tu t'es préparé à mourir et bien... tu n'es pas prêt. Quand à ma façon de vivre j'ai visiblement déjà fais mon choix. Et toi ? Quel sera le tien ? Même si j'ai déjà ma petit idée.

Ophélia ne lui semblait pas être le genre de fille qui apprécierait une vie trop rangée et monocorde. Après tout elle avait été préfète chez les Gryffondor.

- Oh... Tu es donc une ranger ? Donc j'imagine que tu as une certaine passion pour les créatures magiques et les animaux ?

C'était une des premières information concrète que le jeune homme entendant ce soir sur la jeune femme.

- Que mes yeux... Je comprends ce que tu veux dire.

Extérieurement il savait qu'il avait la tête de quelqu'un de son âge. Pourtant même lui se sentait plus vieux, son coeur l'était littéralement, et cela devait sûrement se remarquer pour qui se montrerait attentif. Ses iris bleutés se dirigèrent vers les étoiles également, en même temps que sa voisine.

- C'est une façon peu commune de raconter une histoire finalement, c'est vrai qu'il y a toujours une fin qui laisse à penser que le destin du héro est scellé jusqu'à sa mort alors que là non comme tu dis... Je me demande bien où tu as trouvé cette histoire. C'est un auteur connu ?

Demande t'il avec une certaine curiosité dans le regard.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Lun 22 Avr - 20:45

La force a beaucoup de signification et d'interprétation différentes, que ça soit physique ou moral, personne n'a la même dose en soi ou même une limite du seuil qu'il peut atteindre ou non. Prendre sur soi, est-ce vraiment une force? Car se confier est une force morale qui est encore plus compliqué que de garder ce secret pour soi. Cela dépend aussi beaucoup de certains moments, de notre état d'esprit, de nos émotions ou humeur. Énormément de paramètre à prendre en compte pour un simple mot à quatre lettres pour être "fort".

Bien sur, Ophélia ne sait rien de tout ça ou ce qu'il le tracasse, même s'il a l'air fatigué par la vie elle ne sait pas à qu'elle point il a pu être brisé ou même l'est actuellement. Mais du coup, la force pour Jeremy concerne de l'être pour les autres et d'être présent pour eux. Une bonne raison même si parfois il faut se montrer égoïste pour son propre bonheur et épanouissement, ce n'est jamais sain de vivre uniquement pour les autres. Peut-être trop lourd à porter si on a l'impression de faillir à la mission invisible qu'on se donne? Ou alors... on s'y perd, s'y noie pour éviter de penser à nous et nos blessures, on s’évertue à soigner les autres sans le faire pour nous-mêmes.

Les surprises de ses liens finiront bien par être révélé à un moment donné de façon complètement fortuite et d'un hasard ou alors d'une coïncidence. Il suffirait simplement qu'ils arrivent en même temps à l'appartement de Della par exemple qu'elle doit aller voir prochainement, ou alors aller voir la tombe de Freddie aussi au même moment. Que du mystère concernant ce sujet et s'ils allaient finir par faire le lien un jour entre toutes ces personnes. Cela la rendrait heureuse de pouvoir parler de son expérience avec Harmony rien que pour le faire sourire un peu, l'ancienne Gryffondor fait toujours de son mieux pour apaiser les cœurs et apporter un peu de paix si elle le peut et y parvient, c'est un peu un défi personnel.


Elle aurait dû rencontrer ce Ezo par l’intermédiaire de l'ancienne compagne de Jeremy, mais ce ne c'était jamais fait finalement. Ce genre de pulsion vienne de son coté un peu sauvage ou animal, il faut bien que sa condition de changeform soit une certaine influence sur elle. Son côté panther noir qui accentue son côté prédateur et animal, ses pensées ne faisant pas exception, alors que le corbeau lui est plus sage même s'il est ambition dans son vol et fluide, son amour de voler, mais le balai n'a jamais été réitéré depuis l'accident.

Elle pouffe de rire en mettant sa main devant sa bouche lorsqu'il parle de lui de cette façon, il est aisé de faire rire Ophélia simplement alors qu'elle mettra quelques secondes pour s'en remettre, le regard sévère ne fait qu'achever sa rigolade qui s’éternise un peu plus longtemps. S’essuyant des fausses larmes, elle reprend le fil de la conversation.

- Je te laisserais écrire ce bouquin dans ce cas... je suis certaine que ça accompagnera tes mémoires à merveille, les bêtises humaines sont interminables, il y aura largement de quoi écrire dessus même pour l'espoir, je suppose que les deux sujets sont liés d'une certaine manière. Mais c'est bien de vouloir faire avancer les choses de cette façon, une ambition noble je trouve qui peut apporter beaucoup si cela fonctionne, dans le pire des cas cela t'aidera peut-être à y voir beaucoup plus clair dans ce que tu souhaites véritablement, poser ses pensées sur du papier avec des mots et une bonne initiative et solution afin de mettre un peu d'ordre, surtout après ses dernières années.

Conclura-t-elle ce propos avec un sourire. Elle ne sait rien sur ce qu'il a dû faire avant ça, elle se doute qu'il a participé à la guerre, mais pas à ce point et surtout pas en tant qu'agent double.
Néanmoins, elle penche la tête sur le côté, jetant un bref coup d’œil à sa main de fer, elle ne peut pas cacher son côté curieux de tout ce qui lui passe par la dent, surtout lorsque c'est une histoire, véritable ou non, cela suscitait toujours son intérêt.

- Vraiment à vivre voix? Cela ne risque pas d'être long si tu veux en faire un livre de plusieurs tomes sur ta fameuse histoire à me raconter à voix haute?

Dira-t-elle avec un ton moqueur, tout en continuant à parler.

- Hum je suis tout à fait d'accord, du moment que personne ne souffre, à quoi bon se priver de se faire plaisir ! C'est un mets qui n'a aucune raison de se refuser à ces simples petit moment de plaisir.

Dit-elle en se frottant les mains avec un air un peu étrange, avant de se tourner vers lui et d’arrêter son manège de psychopathe improvisé qu'elle a surement mal imité. Toujours en tailleur, elle pose ses mains sur ses chevilles avant de prendre un un ton simple et sans filtre.

- En plus des convictions ou notre façon de voir le monde, il y a aussi les principes, le fonctionnement de la société en plus de la religion, notre personnalité, nos émotions, envies, notre vision du bien et du mal et encore bien d'autre chose. Trop de paramètres, mais au final nous sommes les seules juges de nos limites et de nos actions.

Se grattant la joue, ses mots déferlent hors de sa bouche comme le robinet où on ne parvient pas à arrêter, mais ne fera aucun commentaire sur la mort, son expérience à elle reste étrange parce que même si elle le sait elle ne s'en souvient pas ce qui l'a traversé au moment où elle s'est écrasé au sol, dans sa tête ou ce qu'il s'est même passé avant.

- Qu'elle est donc ton choix définitif? Moi je ne pense pas qu'on le choisisse vraiment "une façon de vivre" on ne décide pas réellement, on fait nos choix en fonction des gens qu'on rencontre et des possibilités qui s'offrent à nous donc... je verrais ce que la vie m'offre ou me retire et je ferrais en fonction de mes envies et de ce qui se présente à moi.

Dira-t-elle en haussant les épaules. Ophélia est une genre de fille qui n'en est pas vraiment une.

- Oui ! J'aime beaucoup, c'est ma prof de Soins aux créatures magiques qui ma donner la passion pour les animaux fantastiques, de plus ils seront moins difficiles à comprendre que les humains, et en plus... ils sont fascinants.

Des étoiles dans les yeux alors que son regard se fait rêveur avant de revenir sur terre, une nouvelle fois. Effectivement, c'est l'une des seule informations en plus de son age et prénom car il ne connait même pas son nom. Ranger, Ophélia et bientôt 20 ans.

Son regard ne faisait que confirmer qu'un fil était défaillant dans son âme, mais la jeune femme ne sait pas à qu'elle point. Elle se tourne vers lui, toujours avec un sourire gentil et bienveillant, mais une pointe de mystère.

- Après tout, on dit souvent que les yeux sont les vitres de l’âme. Non ce n'est pas un auteur connu, mais je te laisserais chercher tout seul de qui il vient !
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Lun 22 Avr - 23:53

La notion de force était aussi quelque chose de subjectif, ce que certains pourraient considérer comme étant une vraie force serait vu comme de la faiblesse par d'autres. Pour reprendre un exemple des plus connu : la gentillesse.

Se concentrer sur le bien des autres pouvait être un merveilleux moyen d'avancer, une grande source de motivation qui peut pousser à se dépasser dans les pire situations. Et effectivement c'était aussi un moyen de se plonger dans les problèmes des autres sans avoir à faire face aux siens, on pouvait avoir l'impression d'avancer à travers la résolution des soucis d'autres personnes, ce qui n'était qu'une illusion. Comme pour beaucoup d'autres choses il fallait savoir être mesuré et ne pas partir dans les extrêmes. Dès lors l'égoïsme n'était pas une si mauvaise chose de temps à autres, cela permettait de s'occuper de toi, encore une chose que Jeremy aura apprit durant sa vie et ses expériences.

Tant de surprises et de coïncidences qui ne manqueraient pas de rendre de futures discussions encore bien animées et riches en en intérêt. Le monde des sorciers était finalement assez petit, il n'était pas rare de faire la rencontre de quelqu'un qui avait un proche en commun au moins. Si Ophélia était prête à le faire sourire en lui parlant d'Harmony il pourrait en faire tout autant avec Freddie. Après tout il avait vécu avec lui durant toute la guerre jusqu'à sa mort, sûrement que le jeune homme n'avait rien à dire qui puisse prêter la jeune femme à sourire aussi mais il pourrait lui apporter des réponses sur le vécu de son ami et sa mort. Enfin ce serait des choses qui viendraient en leur temps.

Les dons avaient effectivement tendance à influencer les personnes sur leur mode de vie ou leur choix de carrière mais dans le cas d'Ophélia c'était encore autre chose, c'était une influence bien plus instinctive, plus animal, une sensation que l'Oubliator ne pourrait jamais connaître finalement, à son plus grand désarroi. Si un jour l'apprentie ranger lui en parlait elle verrait que cela susciterai énormément d'intérêt de sa part en plus de sûrement vouloir l'aider à avancer. Seulement si elle arrivait à lui faire confiance un jour, ce n'était pas le genre de secret que l'on révélait à un inconnu en général.

Le rire d'Ophélia était communicatif, un petit rire accompagna le sien, il était toujours agréable de savoir provoquer des bonnes sensations chez les autres, de se dire que l'espace d'un moment ou même de quelques secondes l'on pouvait égayer la vie de quelqu'un et apporter une sorte de petit bonheur très bref.


- Pourquoi ne pas le faire à deux ? Après tout c'est en donnant son avis l'un après l'autre qu'on en arrive à voir certaines choses et à des conclusions. Après ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus distrayant à poser sur papier je le concède. Un léger sourire, était il vraiment sérieux en parlant d'écrire à deux ? En tout cas oui ça ne peut qu'être bénéfique de se lancer dans ce genre de projet. Enfin pour le moment je vais m'en tenir à ces "mémoires". Et effectivement c'était un peu le bordel ces dernières années, tout à tendance à ne pas être très ordonné quand on s'en rappelle.

Sûrement car l'esprit avait cette faculté d'occulté certains souvenirs qui sont traumatisants. Jeremy se souvenait de tout mais des fois cela restai un peu flou, c'était d'ailleurs la première raison qui avait fait qu'il avait commencé à écrire sur tous ces évènements. Cette fois le coup d'oeil de la blonde ne passa pas inaperçu, un rictus en coin assez discret se forma à la commissure de ses lèvres.

- Enfin peut être pas te réciter ma biographie entière, ça serait un peu long, mais te parler de certains évènements qui ont influencé ma vie pourquoi pas. Je suis sûr que certaines choses pourraient t'intéresser.

En disant cela ses yeux se baissèrent sur sa main gauche avant de revenir sur le visage de la jeune femme, une expression sur le visage qui voulait clairement dire "allez demande moi, je sais que tu en as envie".

- Les bons moment sont trop précieux pour se permettre de s'en priver.

Jeremy pencha légèrement la tête, un sourire amusé et les yeux légèrement froncés face à l'attitude étrange de sa voisine. Bientôt lui aussi se mit en tailleur sur le banc, les coudes posés sur ses genoux. La scène avait sûrement de quoi être cocasse, une jeune femme en salopette et un jeune homme en costume, tout deux en tailleur sur un banc en pleine nuit.

- C'est ça qui est beau, on a la possibilité de choisir nos chaînes. Bien qu'au final on a pas vraiment de contrôle sur tous ces paramètres qui sont motivés par nos expériences et aussi par ce qu'il y d'inné en nous.

Pour lui les souvenirs étaient encore très présents, étant à chaque fois lucide quand la mort s’apprêtait à frapper avant qu'un miracle quais divin ne le maintienne en vie à chaque fois. A croire qu'une force supérieure s'acharnait à vouloir absolument le garder en vie. Chose en laquelle il aurait pu croire si le jeune homme croyait au destin, ce qui n'était pas le cas.

- Tu as raison après tout, c'est vrai que nous avons l'impression de faire des choix alors que ceux ci nous sont imposées par les aléas de la vie. Moi je sais que je ne peux pas me contenter d'une vie rangée, j'ai essayé et ça m'est impossible. J'ai besoin de bouger, de voyager, d'être au coeur de l'action, de ressentir une certaine adrénaline ou de pouvoir faire une quelconque différence. C'est, en très gros, à peu près ça que je veux comme vie.

Malgré tout ce qui avait pu se passer l'Oubliator avait toujours cette envie de se sentir vivant, de croquer le monde à pleine dent. Ce qui, pour certaines raisons, n'était pas possible pour le moment, c'était peut être aussi ce qui faisait qu'il ne se sentait pas forcément à l'aise dans sa vie.

- Mademoiselle Stump ? Oui je comprends, c'est ne excellente professeure. Moi aussi elle m'a donné goût à s matière, malheureusement c'était déjà trop tard pour moi, les Buse's étaient déjà passés pour moi quand elle est arrivée.

Et les tensions avec son prédécesseur, Monsieur Carrow, ne l'avaient pas poussés à avoir envie de s'intéresser aux créatures magiques. Dès lors ses examens avaient été catastrophiques dan cette matière. Peut être un mal pour un bien, ça lui aura permit de cartonner sur les autres épreuves.

Finalement des choses comme l'âge ou un prénom n'aidaient pas à connaître une personne, le métier un peu plus, c'était surtout des discussions à coeur ouvert, comme actuellement, qui permettait de réellement connaître quelqu'un.


- Qu'est-ce que mes yeux te montrent de mon âme ?

Après avoir dit cela ses iris se posèrent sur ceux d'Ophélia, curieux d'entendre ce qu'elle allait lui répondre, un sourire en coin aux lèvres.

- C'est pas juste... Donne moi un indice au moins ! Il y a trop d'auteurs.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Mar 23 Avr - 13:27

Protéger et aider quelqu'un a le pouvoir de nous guérir d'une certaine façon, de la même manière que l'homme à l’œil de cendre a su trouver la paix dans son cœur lorsqu'il guérissait les autres avec le don qu'il avait reçu. Mais il faut toujours faire attention de ne pas s'y perdre dans cette extrémité, savoir trouver un juste milieu et un équilibre afin de garder la tête hors de l'eau. Pourtant Ophélia serait le genre de personne à refuser de l'aide dans n'importe quel moment de sa vie, que ça soit nécessaire ou non lorsqu'elle ne va pas bien elle se renferme et devient une solitaire aussi féroce et cruelle qu'un félin. Et c'est assez ironique de se dire qu'elle ne laisserait jamais quelqu'un faire la même chose.

Des choses que la jeune femme serait ravie d'apprendre, d'une certaine façon, ça serait un peu comme si Freddie serait encore vivant au fond car elle en apprendrait un peu plus. Il n’empêche que quand Marshall lui avait avoué que son grand frère du cœur était mort, cela lui avait fait littéralement péter un câble et qu'elle a failli se défouler sur un pauvre arbre innocent. Il n’empêche que la nostalgie à bel être triste, elle sait aussi réchauffer les cœurs à des bons souvenirs alors qu'une étoile brillera plus fort un soir grâce à la mémoire.

Une sensation qu'Ophélia ne peut pas vraiment distinguer des autres, car pour elle s naturel. Mais l'instinct animal est aussi imprévisible que dangereux, surtout dans son cas lorsque quelque chose la contrarie ou la frustre. La jeune femme en parle lorsqu'elle se sent prête à le faire avec des personnes quel coutoie généralement, elle commence même à réfléchir à son prochain animal ce qui est une tache compliquée, quelque chose qu'elle aime ou alors utile? Elle ne serait ravie que quelqu'un l'aide même si elle pense avoir trouvé comment cela fonctionne depuis toutes ces années. D'ailleurs, faut toujours qu'elle trouve un endroit afin de s’entraîner avec la panthère en toute sécurité mais dehors.

Le bonheur est une émotion tout comme la colère, elle n'est pas permanente mais éphémère. Donc quand elle se présente à nous, il faut simplement l’étreindre le plus longtemps possible avant de la laisser s'en aller, ce qu'essaye de faire Ophélia en la recevant ou en la donnant avec bienveillance et ravissement.

Néanmoins, la surprise doit se lire sur son visage alors qu'un "o" invisible est perceptible sur ses lèvres. Elle ne s'y attendait visiblement pas et ne sait pas quoi répondre durant quelques secondes, car en général, c'est elle qui propose ce genre de chose un peu folle ou loufoque. Elle rougit un peu, car elle se sent peut-être flatter qu'il ne la voit effectivement pas comme une gamine mais comme quelqu'un avec qui il pourrait potentiellement travailler sur quelque chose d'aussi important.

Sa voix se fait plus timide à ce moment là alors qu'elle entortille une mèche de cheveux dans l'un de ses doigts.


- Je... je ne sais pas... tu es sérieux?

Parce qu'elle ne sait pas en vérité s'il l'est, en plus il ne connaît pas son niveau d'écriture ou même sa passion pour les histoires qu'elle conte parfois aux gens. Elle continue de faire son petit toc avant de l'observer et de hocher la tête sur ce qu'il dit ensuite, que c'est un trop gros projet ou qu'il va se concentrer sur ses mémoires actuellement du coup. Ophélia aussi comprend d'une certaine manière sur le bordel dans la tête, ayant des troues de mémoires depuis son accident, elle avait ressenti le besoin de tenir un journal depuis afin de ne plus jamais rien perdre.

- C'est autant le bazar que ça dans ta mémoire pour éprouver le besoin de tout ordonner par écrit?

Une question qui peut sembler banal mais qui est au final important, car ça lui donnerait une idée de l'ampleur de ce qu'il a vécu, elle ne pense qu'il soit autant brisé que ça mais elle se le demande et la réponse ne fera que confirmer ce qu'elle imagine ou non.

Son visage, précédemment candide le devient un peu moins en quelques secondes lorsqu'elle remarque ce regard qui lui demande de lui demander. Elle se renfrogne un peu, se sentant d'humeur contrariante afin de ne justement pas lui poser la question face à cette expression. Elle se rassoit normalement, les jambes parallèles alors qu'elle pose ses mains sur ses genoux et lui lande un regard de quelques secondes avant de céder à la tentation trop grande.

- Tu es bien prétentieux quand même, ça mériterait une punition mais puisque tu me laisses le choix d'assouvir l'une de mes curiosités, je me demande d'où te vient cette main de fer. Serait-ce quelqu'un qui en a eu marre de ton insolence et qui te l'a coupé?

Dira-t-elle à moitié taquine et compatissante. C'est qu'elle peut être maladroite parfois donc ça serait dommage que cette histoire soit un peu triste au final.

Du coup, comme elle change de position, la situation sera peut-être moins étrange, haussant les épaules avec un sourire mutin, elle répondra tout de même.

- Aussi bon qu'une sucrerie... qu'il faut manger et apprécier !

Sa définition des bons moments en somme, alors qu'elle fait danser ses doigts discrètement sur ses genoux.

- En quelque sorte oui et non... parfois certaine chaîne son imposée à notre naissance, parfois on les choisit sans vraiment les choisir. C'est compliqué au final... mais si simple aussi, car on a tous la possibilité de les briser, mais certaine est plus douloureuse que d'autres à casser.

Dit-elle en haussant les épaules avec un léger sourire amusé. Disons les séquelles de son accident sont directement liées avec sa mémoire, donc elle n'a pas vraiment eu le choix de s'en souvenir ou non, tout comme Evan qu'elle a oublié. Ophélia croit au destin, après tout, ce soir n'était pas une rencontre du destin? Ils pourraient fortement se contredire à ce sujet, ce qui pourrait être un débat fort intéressant.

Ophélia non plus n'aime pas une vie rangée et monotone, mais pour quelqu'un elle a donné ce sacrifice et pour l'instant elle le vie bien. L'observant avec un air légèrement envieux, elle dira avec une moue.

- Je peux comprendre cette vision..

L'adrénaline, la sensation d'être vivant et de se sentir aussi libre. Ses transformations le lui donnent d'une certaine manière.

- Alors pourquoi tu es ici dans ce costume pourri dans un parc? Ce n'est pas vraiment très aventureux ça... et c'est quoi ton métier? Tu travailles bien au ministère? Parce que vu ta tête cela semble bien ennuyannnttt !

Dira-t-elle dans un soupire, penchant la tête sur le coté avec un rictus mesquin.

Elle ne fera pas de réponse sur Madame Stump, rigolant juste une seconde alors qu'elle se remémore les bons souvenirs avec elle, elle ne connait pas l'autre prof.

Il est vrai, c'est simplement un détail, mais pour connaitre réellement quelqu'un, il faut trouver ce qui le met en colère ou dans tous ses états, c'est l'une des choses les plus révélatrices.

Elle répond à la question la plus simple, en premier lieu, observant les étoiles avec un air mystérieux.

- Bien sur, je te donne un indice dans ce cas, son nom de famille est Turner. Je te donne jusqu’à notre prochaine rencontre pour me dire si tu as fini par le trouver.

La jeune fille se tourne ensuite vers Jeremy, et se penche un peu vers son visage avec un air tout à fait innocent et concentré avant d'observer les différentes nuances face à sa question et y répondre honnêtement, en toute franchise. Et finira sa phrase avec une pointe d’effronterie alors qu'elle reculera un peu pour reprendre sa position initiale, follement amusé par ce jeu.

- Ton âme semble... épuisé sous tes grands airs. Mais même si elle a l'air disloqué on remarque une pointe de fantaisie pour prendre le moindre instant qui mettra des sucreries dans chaque émotion que tu pourras ressentir. Un vieux papy à l'intérieur quoi...
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Mar 23 Avr - 17:07

C'était finalement quelque chose de paradoxal, il fallait un certain courage pour être capable d'endosser un partie des problèmes de ses proches pour les en soulager alors que le fait de ne pas faire face à ses problèmes pouvait être vu comme un forme de lâcheté. La vérité était qu'en s'occupant de sois-même cela permettait de se sentir bien, d'avoir l'esprit aérer et donc d'aider encore plus efficacement les autres. C'était là un équilibre qu'il pouvait être difficile de trouver pour des personnes comme Ophélia et lui, car nul doute que les deux avaient la même propension à se donner pour les autres.

Sa relation avec Freddie était étrange, ils n'avaient jamais été amis, l'ex Serpentard l'avait même haït longtemps pour sa "trahison", mais avaient pourtant partagé les mêmes horreurs durant la guerre, de la prise du Ministère jusqu'à sa mort en passant par Lanneyst bien sûr. Et avant cela les deux avaient été collègues au quartier général des Oubliators. Sa mort l'avait donc forcément touché un peu, d'autant que Jeremy avait réussit à le sortir du camp Immortel, ça en était d'autant plus frustrant. Au moins il avait eut la satisfaction de tuer la personne qui avait prit la vie de son cadet. C'était même la première fois que le jeune homme avait prit du plaisir à le faire, aussi déstabilisant que se soit à concevoir pour lui. La guerre pouvait faire changer bien des visages.

Le bonheur est sûrement la sensation la plus éphémère, bien plus que la colère qui dans certains cas pour être une émotion constante qui ne faisait que s'auto alimenter ou même grandir. C'était étrange de voir que les émotions les plus puissantes chez l'Homme sont les plus négatives, ce qui amène beaucoup de personne à faire des erreurs. près tout si les bons sentiments étaient les plus forts il y aurait sûrement beaucoup moins de problème en ce monde.

Sans ne rien dire l'Oubliator observa la réaction de la jeune femme qui oscillait entre la surprise puis une certaine timidité qui dénotait avec son comportement culotté et effronté par moment. Il fut amusé de la voir comme cela, même si ce n'était pas du tout le but recherché à la base. A vrai dire même lui ne savait pas si il avait énoncé cette idée pour plaisanter ou être sérieux, peut être un peu des deux, mais il devait avouer que c'était une idée qui pouvait être plaisante.


- Pourquoi pas ? Ca dépend de toi.

Un sourire mystérieux prit place sur son visage. A vrai dire les talents d'écriture de la panthère noire n'était pas ce qui l'intéressait le plus, écrire n'était pas la partie la plus complexe d ce genre de contexte, c'était surtout le contenu qui l'était. Et il devait avouer qu'elle lui offrait une discussion qu'il n'avait eu que très rarement ces dernières années, une discussion qui créait une certaine émulsion et qui permettait de nourrir ses réflexion, de voir de nouveaux horizons que sa propre perception n'avait pas encore conçu. Le français ne pu retenir un petit rire à la question qui lui fut posée avant de légèrement secouer sa tête en guise de négation.

- Disons que j'ai vécu énormément de choses même si je n'ai que vingt cinq ans, l'équivalent d'une vie voir plus pour certains, et je vais forcément commencer à oublier peu à peu certains souvenirs tout en aillant de nouveaux. La mémoire c'est ce qui forge notre personne et je ne veux rien oublier, je veux pouvoir me rappeler de chaque détail, même si certains ne sont pas toujours agréables.

Plus que les évènements traumatisants Jeremy voulait se souvenir des bons moments qu'il avait eu, des instants qui pouvaient facilement se perdre au milieu de certains traumatismes qui eux resteraient gravés à jamais. Il ne voulait pas se retrouver vieux avec pour seul compagnie une mémoire qui lui rappelait les pires horreurs car ce n'était pas pour ça qu'il vivait. Il voulait se rappeler de ces bonnes personnes qui avaient partagé un bout de vie avec lui, l'espace de quelques minutes ou de plusieurs années, ainsi que des moment passés en leur compagnie. Le jeune homme fut un temps surprit de voir Ophélia plaisanter aussi simplement sur ce bras manquant, chose que personne ne faisait. C'était même lui qui faisait ce genre de blague avant qu'il n'arrête en voyant que ça mettait les autres mal à l'aise. Après un léger moment de flottement il souffla du nez.

- Quelle genre de punition je mériterai ? Et bien soit, je vais étancher ta curiosité.

Avant de commencer son récit Jeremy se leva silencieusement, ôta la veste de son costume qu'il plia soigneusement avant de la poser sur le banc. Cela fait il déboutonna les boutons de sa manche gauche pour la retrousser jusqu'au coude. L'apprentie ranger pourrait donc voir que son membre métallique s'étendait sur toute cette zone.

- C'est fou de me dire que j'ai réussis à m'y habituer. Enfin bref je vais te raconter l'essentiel en passant certains détails qui sont confidentiels mais finalement pas très important. Toujours debout il entama donc sa petite histoire qui ne serait forcément pas très heureuse puisque la finalité  sera la perte d'un membre. En gros j'ai fait une mission pour le compte du département des créatures magiques, ce qui n'est pas du tout dans mes fonctions, mais ils avaient besoin de quelqu'un et m'ont proposé de participer contre de l"argent. Sachant qu j'aurais dis oui même sans c'était impossible de refuser. On s'est rendu à un manoir où des choses très étranges et glauques s'étaient produites sans que nous ne sachions quoi.

La blonde qui était fan de créatures magiques n'allait pas être déçu.

- On a enquêté et de fil en aiguille on est tombé sur la cause des horreurs qui avaient prit place dans cette demeure : c'était des Wendigos, j'imagine que tu vois ce que c'est. Ils étaient quelques uns, c'était presque irréel tellement ça paraissait cauchemardesque. On s'est battu, on les a tué sans subir vraiment de dégâts avant qu'un dernier n'arrive, il était énorme et pesait à minima bien cinq cents livres, c'était l'ancien propriétaire des lieux qui s'était transformé il y a longtemps.

Une scène horrible, sûrement la plus effrayante qu'il ait connu. Pourtant en parler maintenant ne lui faisait pas vraiment de peine, c'était même assez simple, il avait eu le temps de s'y faire depuis.

- Mes collègues se sont retrouvés out pendant un petit instant et je me suis retrouvé seul face à cette bête. Chacun de ses coups, puissants et vifs, portaient le sceau de la mort. Quelques fois j'ai esquivé mais la plupart du temps mon Protego me sauvait. Et pourtant, même en parant ses coups chacun d'entre eux m'épuisait de plus en plus et au bout d'un moment je me suis retrouvé au sol et ce Wendigo au dessus de moi qui me martelait de coup, heureusement sans réussite. Mon corps a fini par me lâcher et je me suis évanouis. A mon réveil je n'avais plus de bras mais j'étais en vie, par miracle. J'ai appris qu'au moment où la bestiole allait me tuer un des collèges l'a achevé par derrière, le Wendigo, en mourant, est retombé sur mon bras et vu son poids et bien... Tu connais la suite.

Son récit terminé l'Oubliator remit correctement la manche de sa chemise et revint s'assoir sur le banc, guettant avec une certaine curiosité la réaction que ça allait provoquer chez la jeune femme.

- Je n'aime pas trop les sucreries mais j'ai saisis le concept de ta métaphore.

Un sourire revint éclairer son visage alors qu'il changea à nouveau sa position sur le banc pour en troquer pour une autre un peu plus confortable.

- Pourtant ces chaînes sont quelque part nécessaires, c'est ce qui peut nous empêcher de faire des erreurs, les personnes les plus dangereuses qui aient foulé cette terre n'en avaient aucunes. Après tout si nous n'avons aucune valeur, aucune notion de bien ou aucune conviction ça peut être la porte ouverte aux pires horreurs.

Finalement c'était comme l'homme à l'oeil cendré qui pensait que sa particularité était une malédiction avant de constater que de là viendrait sa rédemption. Ces chaînes pouvaient avoir l'air négatives alors que de là pouvait venir notre survie et notre humanité.

Il acquiesça ensuite, sa situation était finalement à l'opposé de ce qu'il désirait.


- Je suis Oubliator et oui ce n'est pas le métier de mes rêves. Je devais devenir Auror mais à cause de certaines erreurs de jeunesse ça m'a été refusé alors que tous les feux étaient au vert. Malgré tout je devais entrer au Ministère. Bref après il y a eu la guerre et maintenant le Secret Magique est à rétablir, de ce fait le Ministère ne laisse pas ses Oubliators s'en aller. Alors je dois patienter, travailler jusqu'à pouvoir enfin faire quelque chose qui me ressemble un peu plus.

L'imprévisibilité de la vie justement, lui qui se voyait changer de profession dès la paix revenu n'avait pas anticipé que les Oubliators seraient plus importants que jamais et trop précieux avec le Secret Magique éclaté en milles morceaux. Alors il se donnait à fond dans ce qu'il faisait, au moins il avait la maigre consolation de se dire qu'il participait à quelque chose de très important. Malgré tus les années passaient et cette tâche serait encore longue, il avait besoin d'évoluer enfin, d'avoir l'impression d'avancer.

- Turner... ça ne me dit rien. Si j'ai le nom ça ne devrait pas être trop dur à retrouver.

Ben évidemment à aucun moment Jeremy ne pouvait se douter du petit jeu instauré par Ophélia qui avait décidé de rigoler gentiment à ses dépens. Quand à son analyse et bien il devait avouer qu'elle avait tapé plutôt juste.

- Il y a un peu de tout ça effectivement, tu n'es pas mauvaise à ce petit jeu.

Une moue exagérément impressionnée il applaudit brièvement avant de ricaner à nouveau.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Mar 23 Avr - 22:29

Un récit qu'entendrait surement un jour l'ancienne lionne. Et sa réaction face à l'annonce de la mort de celui qui avait tué pourrait surement surprendre l'Oubliator, c'est certain. Elle ne connaît pas le côté "sombre" de Jeremy, mais elle ne le jugerait pas, qui sait ce qu'elle éprouverait elle en tuant quelqu'un? Cela donne un faux sentiment de puissance, c'est toujours plus facile de tuer quelqu'un que de donner la vie d'un point de vue physique mais non morale.

Concernant le visage d'Ophélia elle en a toujours eux plusieurs, simplement certains événements peuvent faire en sorte qu'elle montre plus celui-ci qu'un autre, rien ne se créer dans son cœur, tout est déjà là mais avec une intensité différente en fonction de son vécu. Les gens ont plus tendance à nourrir les mauvaises pensées plutôt que les bonnes, d'où la phrase que les humains aiment le meilleur mais préfèrent le pire. On laisse s'envoler les bonnes choses beaucoup trop facilement avant de les regretter ensuite... comme si c'était plus facile de peindre en noir nos émotions plutôt que de les rendre lumineux et flamboyant. Puis parfois on doit faire des erreurs afin d'apprendre, on doit faire des bêtises pour évoluer et avoir d'autres visions et possibilités. Parfois une mauvaise chose en apporte une bonne... On ne gagne pas en expérience sans jamais tomber, sinon cela veut simplement dire que n'osons jamais rien.

Elle prend un air réfléchi et adulte face à ce qu'il dit, mais tout de même à cette idée un peu prétentieuse d'écrire carrément un bouquin alors que ça risque clairement de trop révéler la personne qu'elle est vraiment. Elle dira simplement pas vraiment sur d'elle pour une fois, parce que c'est quelque chose qu'elle n'avait jamais envisagé, et encore moins avec un inconnu qui le devient de moins en moins.


- Je ne sais pas... pourquoi pas?

Dira-t-elle en bredouillant avant de secouer légèrement la tête comme pour se réveiller de ces questionnements intérieurs qui n'ont pas leur place pour l'instant. Effectivement, ses réflexions qu'elle a eues avec lui sont fort intéressant et mérite qu'on s'y penche un peu plus avec des esprits aussi actifs sur la question. Un stimulant qu'à apprécier la jeune fille, c'est facile de dire "oui", mais d'en discuter réellement peu de personnes savent le faire avec autant de subtilité que Jeremy pour l'instant. Elle reprendra son visage effronté en l'agrémentant de cette mimique qui la définit si bien. Ophélia ne peut tout de même pas s’empêcher d'adoucir son regard face à ce qu'il raconte... elle s'en pose des questions pour qu'il affirme avoir vécu beaucoup de choses et de voir une ombre dans son regard.

- Je comprends, cela peut être frustrant de laisser tomber des souvenirs sans qu'on n'en sache plus rien d'eux, ont-ils été importants? Ont-ils eu un impact sur nous? Si on perd la seule chose qui nous définit, alors qui sommes-nous? Les questions existentielles aussi sont assez propres à l’espèce humaine ou sorcière. Malgré tout, elles restent importantes, après tout, on a tous envie d'être quelqu'un par forcément unique mais à part entière. Une identité je dirais, on se cherche sans cesse et la mémoire fait partie intégrante de cette activité constante, se tournant vers lui malicieuse, qui es-tu alors?

Posant son doigt sur ses propres lèvres, elle trouve enfin une réponse qui lui convient avant de dire une réponse à sa question.

- J'ai la punition parfaite pour toi... une énigme que l'on peut résoudre ou alors te faire miroiter une réponse que tu n'auras jamais? Et si je décidais, sinon, que ce soir sera notre seule rencontre... qu'en dis-tu?

Dit-elle avec un sourire éblouissant, avant de le faire fondre pour plonger dans le cœur de son récit avec un air beaucoup plus enfantin et concentré qu'avant. Bon au début elle fronce les sourcils lorsqu'il enlève sa veste, se demandant pourquoi avant de voir qu'il lui montre l'intégralité de la chose, elle l'observera avec les yeux... brillants?

Dans tous les cas, lorsqu'il reviendra s'asseoir elle l’empêchera de remettre sa chemise correctement pour admirer cette merveille, ce bras en fer. Bon bien sur s'il refuse, tant pis, mais sinon elle l’écoutera et posera même ses doigts sur le métal froid, toujours s'il est d'accord alors qu'elle est curieuse de la texture que ça a. Bien sur qu'elle fera un commentaire sur cette histoire sans se priver ou se montrer gêner face à son indiscrétion.

- C'est incroyable ! Ces créatures sont fascinantes dans la façon qu'elles sont d'être effrayante... et dire que des hommes n'ont pas besoin de ressembler à des monstres pour en être. Cela a dû être riche en émotion et pas vraiment agréable de sentir le souffle de la mort aussi prêt de son visage. As-tu eu peur? Pensais-tu que tu allais mourir? Tu sens quelque chose quand je touche le métal? Tu as mal? J'imagine que cela à dû être horrible d'une certaine façon mais... le récit n'en reste pas moins passionnant en plus de la surprise qui a dû vous saisir en découvrant tout ça. Il était grand? Tu sais comment ça c'est produit? L'histoire?

Ses doigts remonteront un peu plus haut, sur la fin du bras de fer alors qu'elle analyse comment il a été construit.

- Ça fait quoi d'avoir un membre en moins? Tu peux faire des trucs avec? C'est quand même ballot qu'elle soit tombé sur ton bras la bestiole, tu as eu de la chance finalement, j’espère que tu récompensé celui qui ta sauver la vie. Il ressemblait à quoi le Wendigo? Moi aussi j'aurais ce genre de mission tu penses?

À cette question, difficile de savoir si elle est nerveuse à cette idée ou alors impatiente. La jeune femme a toujours eu du mal à faire la différence entre les véritables dangers et ce dont elle a véritablement peur sans aucune raison valable. Elle lâchera son bras en rougissant un peu, parce que même si le geste était impulsif et spontané, peut-être que lui ne souhaitait pas qu'on touche à une partie de son passé.

- Après les sucreries, ce n'est qu'un exemple... faut le remplacer avec quelque chose que tu aimes.

Dit-elle en haussant les épaules.

- Aux pire horreurs ou alors... notre instinct animal? Nous avons aboli des problèmes pour en créer de nouveau. Les chaines de notre société ont été créer pour nous contrôler d'une certaine manière, de nous amener à avoir tous la même vision des choses de la vie. On nous apprend à rentrer dans une case afin de nous enfermer dedans... les animaux font ce qu'ils veulent en suivant ce qu'ils ont à l'intérieur d'eux, de leur nature mais aussi de leurs envies. On nous apprend qu'une chose est bien ou mal, mais au fond... pourquoi ça serait vrai? Ne sommes-nous pas nos propres juges de nos actions?

Elle soupire avant de passer une main dans ses cheveux et de s'adosser au banc en levant le regard vers les étoiles, écoutant les informations qui lui donne sur ses attentes et son métier.

- Hum je vois, c'est compréhensible... c'est ça de faire le rebelle et ne pas écouter ce qu'on te dit, j'avais bien raison de dire que tu mérites des punitions.

Dit-elle en pouffant de rire en posant ses mains sur son ventre alors qu'elle est à moitié allongé sur le banc, ses jambes sont étendues et sa tête et posé contre le dossier, elle glisse un peu avant de trouver la bonne position pour ne plus bouger.

Frustrant d’avoir l'impression de piétiner toujours au même endroit, de ne pas bouger et de rester sur place. Son sourire ne fera que s'agrandir face à la réponse concernant le nom de l'auteur, un jeu qu'elle apprécie de jouer. Son visage ne peut s’empêcher de pétiller de malice alors qu'elle finira par le perdre pour ce qu'il fait et dit en dernier. Se tournant vers lui, elle lui tirera la langue pour la deuxième fois au cours de cette soirée avec plus d'impertinence cette fois, elle n'aime pas qu'on se moque d'elle ! Alors ça non, sa fierté en prend un petit coup même si c'est gentil.

- Ce petit jeu hein? Dans ce cas, qu'est-ce que mes yeux te montrent de mon âme ?
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Mer 24 Avr - 2:06

Cette satisfaction de tuer naissait d'une profonde colère et d'une grande frustration à devoir voir les Immortels commettre le pire sans devoir réagir, ce qui lui avait été très difficile, à cet instant c'était comme si ces sentiments négatifs avaient pu enfin être libéré l'espace d'un moment. Il n'était pas un tueur et ne prendrait jamais plaisir à cela. Et si jamais ça devait être le cas alors Jeremy espérerait que quelqu'un le remette sur le droit chemin ou l'empêche de nuire à jamais.

C'était finalement dans la nature humaine que d'être plus attiré par le mal que le bien, les gens étaient plus passionnés à l'idée d'assister à des scènes de violences qu'à des moments d'amour. Ce qui nous fait peur et ce que l'homme a de plus mauvais en lui attiraient plus l'attention en général qu'une bonne action. Et c'est ce qui pouvait être triste finalement, on retiendrait toujours d'une personne ce qu'elle a fait de mal, même si ce n'était qu'une fois, que toutes les autres bonnes choses qu'elle avait pu faire dans sa vie.

Il était vrai que participer à un tel projet nécessiterait forcément de se dévoiler un peu plus, cela pouvait avoir un certain caractère intime. Mais après tout n'était-ce déjà pas ce qu'ils étaient en train de faire par le biais de leur conversation ? Cependant tout cela mériterait encore d'être réfléchit, pour l'un comme pour l'autre.


- Je pense qu'on a encore le temps d'y penser de toute façon.

Dès lors il était inutile de se mettre une certaine pression vis à vis de cela, ce n'était pas une décision que l'on prenait sur un coup de tête. Sachant que cette idée lui était venu spontanément sans qu'il n'y ait jamais pensé avant ce soir. Cette discussion lui plaisait également pour une autre raison : il avait enfin l'occasion de montrer sa facette de Serdaigle, ce qu'il parvenait à faire qu'en de trop rares occasions.

Encore une fois il révélait beaucoup de choses sur lui-même à cette personne à peine rencontré sans qu'il ne s'en rende réellement compte.


- Les mauvais souvenirs, les pires en tout cas, resteront forcément gravés pour toujours et ça serait bien trop triste que je ne me souvienne que de cela sur mon lit de mort. Et je veux pas qu'il n'y ait que ça qui  ressorte quand je penserai à ma vie car ce n'est pas moi. J'ai vécu de beaux moments, rencontrés de très belles personnes et c'est de ces moments là que je veux inonder ma mémoire quand je regarderai en arrière. Le contraire serait une insulte pour ces personnes et moi-même.

Quand à l'autre question le français serait bien en peine d'apporter une réponse.

- Qui suis-je ? Je ne sais pas si je suis assez objectif pour y répondre. Je préfère te laisser l'occasion de le découvrir par toi-même.

Décidément Ophélia ne manquait pas d'idée quand il s'agissait de lui trouver une punition adéquate, ce qui l'amusa et le fit sourire.

- La dernière serait la pire je pense. Mais... Est-ce que tu ne vas pas te punir aussi par la même occasion ?

Un sourire espiègle s'étira peu à peu sur ses lèvres, se montrant à son tour effronté et arrogant. Jeremy fut un temps surprit du geste de la jeune femme, là encore ce n'était pas une réaction courante, mais il ne dit rien, il ne pouvait que comprendre cette curiosité. Il accepta donc le contact de sa voisine, lui laissant tout le loisir d'observer autant qu'elle en avait envie.

Quand à son avant bras gauche en lui même il était lisse, il n'y avait aucune imperfection, comme si ce membre était comme neuf et venait d'être créer, pour le reste il ressemblait à un bras et une main humaine si l'on exceptait le fait que ce soit du métal. Un ouvrage d'une très grande qualité, ce n'était pas n'importe qui qui l'avait créé. L'Oubliator s'attela ensuite à répondre aux questions qui lui furent posées.


- Pour être franc c'est sûrement la plus grande peur que j'ai connu, c'est comme être dans un cauchemar face à des créatures horribles qui n'existent pas. Car oui ce genre de monstre devrait rester du domaine de la fiction, ils n'ont rien à faire dans notre monde. Et oui je pensais mourir, il était au dessus de moi et je ne pouvais rien faire face à cette machine à massacrer. D'ailleurs je suis même mort l'espace de quelques secondes de ce qu'on m'a dit.

Et c'est là que Nella avait fait son oeuvre et lui avait sauvé la vie, devant même s'infliger la peine d'amputer un bras qui était réduit à l'état de bouillie.

- Non je ne sens rien et n'ai pas mal non plus. J'ai soufferts du syndrome du membre fantôme pendant plusieurs mois, c'était assez pénible. Quand tu as l'impression d'avoir toujours ta main, que chaque jour tu continues de t'en servir avant de te rendre compte que tu ne l'as plus... c'est assez pesant. Heureusement c'est loin derrière moi maintenant. Et non je ne peux rien faire de spécial avec, simplement les utilisations basiques d'une main.

Ce qui était déjà une vraie libération. Sa rééducation avait été longue, sa jambe avait aussi souffert et il avait fallu près d'un an pour en récupérer l'usage totale.

- Je pense lui avoir rendu l'appareil à la personne qui m'a sauvé au dernier moment. Après tout Arya serait sûrement morte en même temps que Freddie si il n'avait pas été là. Le Wendigo était un être humain autrefois, cette personne s'est transformée à cause d'un objet maudit rapporté d'un voyage dix ans auparavant. Durant ce laps de temps tout ceux qui ont croisé sa route dans le manoir sont morts et devenus comme lui.

Face à ce flot de questions Jeremy essayait de rester concentré pour ne pas oublier dé répondre à aucune question.

- Quand à leur apparence... Ce sont des êtres décharnés, ils ont leurs membres qui se sont allongés, une bouche emplit de dents aiguisés, leur corps est à moitié pourri par la mort. Ca se déplace avec une grande vivacité, ils sont très agiles, ils peuvent courir sur leur quatre membres sur n'importe quel surface, que ce soit sur les murs ou le plafond, grâce notamment à des griffes longues et aiguisées. Je ne parlerai pas de leur cri, même les plus chevronnés des Chasseurs ne peuvent pas rester indifférents. C'est tellement emplit de magie noire que tu le ressens en toi. Quand à celui qui m'a fait ça et bien c'est ça mais en beaucoup plus gros, il devait bien faire deux mètres cinquante, c'est dur à jauger vu que ça se déplace à quatre pattes. Et pour le poids je dirais entre trois cents et quatre cents kilos à vu de nez. Je ne sais pas si tu seras amené à en voir, ça dépend si tu destines à être Chasseuse de Créatures maléfiques un jour. Si jamais tu en croises n'essaye pas de prendre de risque et fuis si tu le peux. Et si tu dois en affronter sache deux choses : le feu et leur coeur de glace sont leurs principaux points faibles.

De tout façon même le plus intrépide des Gryffondors comprendrait automatiquement que la mort lui faisait face en tombant sur un Wendigo. Si Ophélia en rencontrait un un jour ses instincts animales lui feraient comprendre immédiatement le danger qu représentait ces bêtes. Ce que décrivait le jeune homme n'était rien encore comparé à ce qu'il avait ressentit sur l'instant présent.

- Je suis plutôt salé personnellement !

Bien qu'en règle général il ne soit pas vraiment un gros mangeur, cela pouvait se voir à sa silhouette assez fine.

- Chez les animaux c'est la loi du plus fort, dès lors ça serait un joyeux bordel. Je ne sais plus quel écrivain a dit ça mais en gros faire partie d'une société c'est donner un peu de sa liberté pour le bien commun, pour avoir une certaine sécurité. Après peut être que l'humain triche en faisant cela et que nous sommes censés vivre par le biais de notre instinct animal que nous avons complètement enfouis au fond de nous.

Même après qu'Ophélia est arrêté d'observer et toucher son bras métallique il garda sa manche retroussée, s'amusant à faire miroiter l'éclat de la lune dessus.

- J'ai déjà été punis pour mes bêtises je pense.

Car même si elle rigolait l'apprentie ranger avait raison. Il comprenait que ses erreurs lui coutent, malheureusement il était déçu que ce qu'il ait pu faire de bon ne soit jamais relevé. La tête tournée vers Ophélia il sourit en la voyant lui tirer la langue, fier de sa petit pique.

- Je ne dois pas être très doué pour ça mais essayons. Il se redressa et se rapprocha pour observer le regard bleuté de la blonde. Et bien je dirais que tu es une adulte qui a su garder sa part d'enfant pour le moment, ce qui rend ton âme belle. A côté de ça je dirais qu'elle semble entière bien que quelques tâches ait pu l’obscurcir par endroit. Je dirais aussi que ton âme dégage une belle aura, que tu as une certaine bonté qui est innée en toi.

Une fois fini Jeremy attendit le verdict.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Mer 24 Avr - 10:46

La vengeance est une justice sauvage. En général les émotions sont fortes et impossible à ignorer ou contrôler, elle vous prend les tripes et s'y accroche avec force alors qu'elle révèle ce qu'il y a de pire en nous, ce qui se cache derrière la plus belle des fleurs peut être aussi féroce que le plus sanguinaire des dragons. Elle avait eu la même envie furieuse lorsqu'elle avait appris pour Freddie, même si Marshall l'avait dissuadé de passer sa frustration et sa rage sur un arbre, mais plutôt sur lui, ce qu'elle n'avait pas fait pour ne pas faire de mal à son ami, mais elle avait enfoui encore une fois un dragon dans son âme et qui risquait un jour de revenir pour brûler tout ce qu'il y avait autour d'elle. Dans tous les cas, c'est toujours important d'avoir quelqu'un à ses côtés pour éviter que les ailes deviennent aussi noires que l'ange le plus déchu du monde, tuer n'est pas quelque chose d'anodin et encore moins quand nous ne contrôlons plus ce besoin.

Une décevante réalité au final alors, ou triste? Encore un sujet qui pourrait entrer dans le fameux livre du paradoxe humain et de tout ce qu'il complique. C'est un peu comme si on nous fermait une porte et qu'a la place de regarder autour de nous pour voir s'il y en a pas d'autre ou même des fenêtres, on préférait rester figé devant cette seule porte fermée, la maudire et la détester sans observer les alentours. L'humain aime se faire souffrir peut-être en finalité? Il y a un côté logique à ça d'une certaine façon, comment reconnaître le bonheur si n'a jamais été triste? Il n’empêche que parfois, on devrait arrêter d'être extrême avec ça, comme si on avait besoin d'avoir mal pour se sentir en vie. La douleur nous le rappel sans cesse, car sans douleur, comment ferions-nous attention à ce qui se passe autour de nous? Tout comme la chaleur qui nous tord le cœur lorsqu'on se sent bien, mais alors pourquoi on s'obstine à rester dans la négation? Il est plus facile de s'infliger de la douleur que du baume au cœur, surtout quand on ne sait pas ce que l'on veut, qu'on se cherche à en être jamais satisfait de ce que nous trouvons, en en voulant toujours plus. L'humain est donc insatiable... on peut aisément comprend les extraterrestres qui veulent nous détruire dans les fictions, nous sommes comme un ouroboros qui se mord la queue jusqu’à se manger encore et encore jusqu’à la fin, et on recommence à chaque fois, indéfiniment. Un spectacle amusant mais lassant au bout d'un moment.

L'idée l'a surtout pris au dépourvu, mais maintenant que l'homme à planter la graine dans son esprit, elle aura du mal à ne pas y penser ou y réfléchir, offrant un simple hochement de tête avant de dire.

- Je ne suis pas contre cette idée.

Déclarera-t-elle avec un sourire, une pointe de défi dans son regard mais aussi de curiosité, peut-être l’occasion d'ajouter à chaque chapitre l'une de ses histoires, comme l'avait suggéré Freddie quand il lui disait qu'elle devrait devenir écrivaine. Ses histoires sont un peu comme une morale que chacun peut interpréter à sa façon. Mais bon faudrait-il déjà qu'il devine que l'histoire qu'elle lui a racontée vient d'elle, mais la jeune femme se montrera patiente jusqu’à ce qu'il s'en rende compte, une espèce de test aussi pour tester ses capacités de Serdaigle.

Ophélia est peut-être une plante carnivore qui attire et rend confiant alors qu'elle peut décider de vous dévorer en quelques secondes? Une comparaison fort amusante, mais... elle est plutôt du genre herbivore pour l'instant, quelle chance.

- C'est une belle vision, mais il faut quand même accepter les mauvaises choses car elles font partie intégralité de toi et ton existence. Sans elles, tu ne pourrais pas faire la différence entre les bons et mauvais moments, elle t'apprend simplement à les reconnaître et à les chérir encore plus encore, ce que je ne doute pas une seule seconde que c'est ce que tu fais finalement.

Ophélia, toujours dans sa position semi-assise et allongée, prend le temps de répondre aux questions suivantes.

- Si je veux le découvrir par moi-même, il va falloir que je trouve une autre punition pire que celle-ci dans ce cas...

Elle s’empêchera de sourire de toutes ses dents, l'air de dire "donc tu avoues que tu apprécies ma compagnie?". Une fois qu'elle aura analysé ce petit bras métallique, elle continuera tout de même à l'observer du coin de l’œil, le trouvant à la fois amusant et fascinant, des étranges penser mais elle est comme ça. Elle l'écoutera répondre à ses questions tout en s'imaginant la scène avec un air sérieux et perdu sur un point invisible.

- Je vois... cela a dû être une expérience particulière, en tout cas pour toi. Toutes ses informations son intéressante et c'est un plaisir que tu ne sois pas mort, sinon ce soir aurait été bien banal pour moi... J’espère, néanmoins, que l'homme à l'intérieur de la bête était mort tout comme sa conscience, sinon je ne peux qu'imaginer la tristesse qu'il a dû ressentir en voyant les actes horribles qu'il a dû faire, la peur que tout ça ne s’arrête jamais...

Une larme du coté opposé à Jeremy coule du coin de son œil avant de dévaler sa joue alors qu'elle la cueille de son doigt pour l'enlever, ses émotions lorsqu’elle s'imagine à la place de l'un et de l'autre l'a laissé émotivement compatissante et un peu triste, même si elle repousse ses pensées à plus tard car ce n'est pas le moment.

Ophélia n'est pas du genre à fuir, à part si on ne lui laisse pas le choix ou alors que cela permet de protéger quelqu'un. Elle n'est pas du genre à fuir ce genre de situation, les seules qu'elle peut fuir ce sont les moments de sentiments ou d'émotion qu'elle ne comprend pas et dont elle n'arrive pas à faire face, beaucoup plus subtil et moins dangereux qu'un Wendigo. Elle ne le dira pas qu'elle serait du genre à rester devant la bête pour tenter d’abréger les souffrances de l'homme et des horreurs que celui-ci fait subir inconsciemment.

Ce n'est pas que sont cotés intrépide, impulsif ou spontané qui dicterais ce choix, non ça serait ses émotions et le fait qu'elle n'est jamais consciente des véritables dangers ou seulement après coup. Elle est comme un enfant qui veut toucher la flamme d'une bougie et qui ne comprend pas cela peut le brûler jusqu’à ce qu'il en fasse l'expérience. La seule chose qu'elle a compris lors de son accident c'est de ne pas se transformer en chute libre.

Revenant un peu à son interlocuteur pour balayer ses pensées, elle peut aisément comprendre ses goûts, elle-même préférait le salé mais le sucré avait quelque chose de non indispensable attrayant même si au final le gout n'était pas aussi fantastique que le pain par exemple.

- C'est un bon choix, qui pourrait résister à du bon fromage?

Elle rigole un peu à sa suggestion avant de répondre à ce qu'il dit ensuite.

- Donc il faut choisir entre la sécurité et la liberté si je comprends bien... je préfère la liberté en ce qui me concerne, l'instinct animal à quelque chose de fort attrayant je trouve.

Dira-t-elle sincèrement et en connaissance de cause. Avant de s'humecter ses lèvres et de répondre à son analyse pas véritablement surprise, en général ses expressions décrient assez bien ses pensées, ne détournant pas son regard et haussant les épaules.

- Tu n'es pas loin de la vérité, mais c'est une observation assez basique de ce que je suis. Je trouve que tu es plus mauvais que moi à ce jeu.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Mer 24 Avr - 16:32

Le plus grand problème de ces sentiments négatifs étaient qu'ils pouvaient, même l'espace d'une brève seconde, tout emporter dans son sillage. Même l'être humain le plus irréprochable et le plus pure dans ses actions et choix pouvait voir sa vie balayée par une simple pulsion. Une vision d'horreur ou un cauchemar qui se réalise, entre autre raisons diverses, suffisait parfois à déclencher un levier en nous, qui nous est même parfois inconnu, qui se révélerait destructeur, que ce soit pour sois-même ou les autres. Tout le monde avait au moins un sujet qui peut vous faire partir en vrille avant même que vous vous en rendiez compte. Dès lors même ce coeur pur était corrompu et pouvait faire commettre des horreurs que même les âmes les plus sombres n'auront réalisé. Oui, à bien y regarder l'être humain pouvait être vu comme quelque chose de sombre. C'est peut être pour cela que des créatures infâmes comme les Détraqueurs, les Wendigo ou les Inferii naissaient de l'Homme, peut être car il avait une sorte de noirceur innée en lui.

Finalement, à l'image de leur discussion qui faisait naître des réflexions nouvelles chez l'autre, cette idée d'écrire germait dans l'esprit de chacun, nourrit par leur envie et curiosité commune sur ce sujet. C'était finalement assez beau de voir qu'ils pouvaient créer une saine émulsion chez l'autre.


- Tu es une bien drôle de Gryffondor ! L'idée me plaît bien aussi en tout cas.

Agrémenté des réflexions sur l'Homme et ses paradoxes par des histoires qui appuieraient ces écrits en exemple pourrait être une excellente idée, une façon d'amener enfants et adultes à s'occuper avec une lecture sérieuse tout en se distrayant. Et pour cela Ophélia ne serait pas de trop, sachant que Jeremy n'avait que très peu d'imagination, ce qui semblait être tout le contraire de la change forme. A eux deux ils pourraient former une équipe assez complémentaire. Seul le temps leur dirait.

Alors Jeremy venait peut être de tomber entre les pattes, enfin plutôt entre les feuilles, d'une future plante carnivore. Auquel se serait un plan aussi ingénieux que cruel.


- Oui je suis d'accord, il faut faire attention à ne pas rentrer dans l'extrême à l'opposé. Et oui tu as raison, il n'y a pas de bien sans mal comme il n'y a pas d'ombre sans lumière. Nos vies et le monde en général reposent souvent sur nombre d'oppositions parmi lesquelles il faut trouver un équilibre précaire.

Peu importe le sujet on en viendrait toujours au même point : l'être humain est sacrément complexe. Cette conscience de soi et cette intelligence qui nous séparait de l'animal était autant une belle chose qu'une sorte de malédiction.

Jeremy arqua un sourcil avant de ricaner en entendant la jeune femme une nouvelle fois si prompt à lui infliger une punition.


- Dis donc je vais commencer par m'inquiéter avec tes envies de vouloir absolument me punir.

Le jeune homme n'avait pas honte d'assumer qu'il appréciait la compagnie de la ranger en herbe, au point où ils en étaient de toute façon c'était quelque chose qu'elle avait sûrement déjà comprit. La curiosité vis à vis de son bras était bienvenue, c'était une particularité qu'il appréciait et dont il n'avait pas honte. Et puis un Serdiagle ne pouvait décemment condamner un comportement curieux.

Quand à rester dans le domaine des blessures visibles, Ophélia pourrait peut être remarqué, en regardant bien, que toute la paume de sa main droite avait les traces d'ancienne brûlure très grave. Bref, le corps de l'Oubliator était un tableau sur lequel il y avait nombre de cicatrices et de stigmates qui chacun avait une histoire à raconter. Un brin taquin il ne pu s'empêcher de plaisanter au début.


- Et bien ravi que ma non-mort t'ai permet de passer une bonne soirée. Bien évidemment c'était uniquement de l"humour, il reprit son sérieux de suite derrière. C'est le genre d'expérience qui te change forcément un peu. Et je ne parle pas qu'au niveau du bras. Malgré tout je n'ai jamais regretté d'avoir vécu cela. Quand à la bête je...

La jeune femme était en train de verser une larme ? C'est ce qui lui semblait, surtout quand elle fit le geste de l'enlever. Elle ne le savait sans doute pas mais l'empathie était une qualité que Jeremy respectait et chérissait entre toute, c'était la preuve d'un profonde noblesse de coeur. Doucement il posa cette main métallique sur l'avant bras d'Ophélia, un geste spontané, il voulait la rassurer. Quand bien même sa dextre était "fausse" ça ne l'empêchait pas de transmettre une chaleur humaine et naturelle. Un sourire attendrit se dessina également à l'intention de sa voisine de banc.

- Je peux te promettre qu'il n'y avait plus rien d'humain chez eux.

Même si au fond c'est une fait qu'il ne pouvait réellement confirmer à cent pour cent. Pourtant l’inverse lui était impensable, ce n'était pas possible que quelque chose d'humain subsiste là-dedans, l'homme qui existait ne pouvait être conscient sous ces tonnes de magie noire. C'était des monstres et il n'y avait rien d'humain à l'intérieur d'un monstre. C'était une pensée dont il était sûr. Le plus triste dans cette aventure était la fille d'une dizaine d'année tuée par celui qui fut jadis son père. La rencontre avec son esprit, aillant le visage atrocement mutilé, l'avait bouleversé, encore plus la gentillesse et la douceur de cet esprit tourmenté qui l'avait aidé et sauvé certainement.

Le français n'était pas du genre à fuir non plus, il avait toujours fait face à ses problèmes et à ses ennemis, quitte à devoir en mourir, ce qui avait faillit être le cas deux trois fois. Pourtant ces créatures étaient trop malsaines pour rester indifférent, il avait même vu une talentueuse et expérimentée Chasseuse ressentir de la peur, c'était palpable. Si Ophélia lui disait qu'elle resterait il lui répondrait que ce serait difficilement faisable. Il n'y avait pas besoin de "tester" le danger dans ce cas là pour se rendre compte de sa létalité. Comme pour un détraqueur, sa seule vue suffisait à vous faire comprendre qu'il y avait un vrai danger.

Le petit moment de flottement passé le jeune homme retira doucement sa main pour sourire une nouvelle fois, un rictus qui était emplit de bienveillance et de douceur, nul amusement ou arrogance dans celui-ci, il était compatissant.


- Sûrement pas un français, tu prêches un convaincu.

l'Oubliator s'était exprimé dans sa langue natale, si elle n'avait pas saisit le très très léger accent du français cette fois elle serait fixée. Il observa sa réaction, curieux de voir si elle possédait des notions de français.

- Pour en revenir à ce que je dis plus tôt il s'agit de trouver un équilibre plutôt que de devoir faire un choix. Ah oui ? Tu as un instinct animal plus poussé que le moyenne ?

Sûrement aurait il pu essayer de faire plus d'hypothèse mais Jeremy en restait à quoi il était le plus sûr. Et bien sûr il n'avait pas vraiment lu dans le regard de la jeune blonde, ce qu'il avait dit était surtout sur la base de leur conversation.

- Hé c'était pas si mal ! Après oui je vais avoir du mal à deviner l’entièreté de ta personnalité, de ton histoire ainsi que ton plat préféré.

Il finit par souffler du nez, un sourire en coin, amusé une nouvelle fois.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Mer 24 Avr - 21:52

Les sentiments négatifs sont aussi dévastateur, grand et dévorants qu'un ouragan, un cyclone, une éruption voire l’apocalypse. Semblable à une explosion qui nous blesse nous-mêmes ou toutes les personnes proches de nous. Un tsunami qui ne peut être arrêté et qui fera de nombreux dégâts irréparable et impossible à changer. Les créatures maléfiques qui ressemblent à tous ces êtres naissant des humains, émotion ou autres, ne sont que le reflet du pire qui se tapit en chacun de nous. Un doppelganger redoutable et malfaisant, quand va-ton croiser son regard pour nous y perdre indéfiniment?

Une affinité que personne n'aurait pu deviner, des idées à la fois semblables tout en sachant se contredire ou renchérir par-dessus afin de stimuler leur intellectuelle ou réflexion qu'ils parviennent à alimenter chez l'un ou chez l'autre. L'idée continuera à germer dans leurs esprits jusqu’à la prochaine rencontre, assurément, et peut-être qu'ils en reparleront un peu plus sérieusement, comme pour créer ce projet très ambitieux que beaucoup qualifieraient de fou ou d’impossible. Mais les deux personnes présentes pourraient très bien faire abstraction de tous ses détails de se défaire des chaines habituelles qui enchaînent les gens qui n'osent jamais rien de peur de tomber et de s'écraser par terre. Il n'obtiendra qu'un sourire pour ce qui est de la "drôle de Gryffondor", elle était habituée à ce genre de remarque, beaucoup avaient du mal comprendre son fonctionnement ou alors ses véritables pensées.

Pour l'instant, Ophélia est aussi inoffensive qu'un chaton qui vient de naître, à savoir qui est tombé entre les pattes de qui, et par la suite elle restera un chaton ou alors une véritable lionne.


- Tout est une question d'équilibre alors...

Dira-t-elle en croisant les bras contre son torse alors que la fatigue commence à s'immiscer dans son corps. Il doit être bien tard à présent à la force discuter autant avec ce jeune homme moins ennuyant qu'elle ne l'aurait cru. En salopette avec une simple chemise, même en cette période il doit faire un peu froid.

Rougissant un peu, soit à cause du froid où de ce qu'il dit, elle le rassurera d'un sourire.

- Ne t'en fais pas... tu as été plutôt sympathique jusqu’à présent donc je ne pense pas dépasser la limite de mon imagination pour une punir un ancien Serdaigle.

Cela reste une pique, mais teinter d'un léger humour. Tous les deux savent qu'ils apprécient la compagnie de l'un ou de l'autre, le temps est surement passé vite alors que les mots sont sortis de leurs bouches avec autant d'aisance que le simple fait de respirer. Elle posera des questions une prochaine fois concernant le reste de ses blessures, car actuellement ils ont quand même beaucoup appris de l'un et de l'autre, même si sa curiosité reste vive, elle se dit que de prendre d'imaginer ce qui a bien pus lui arriver est une idée amusant qu'elle exercera une fois qu'elle aura quitté Jeremy. Pour Ophélia les cicatrices sont comme une histoire, quelque chose qu'elle ne trouve pas repoussant au contraire, c'est une marque de ce que l'ont à vécu, une autre preuve de notre existence. En parlant de marque sur la peau, la jeune femme n'en a qu'une seule visible sur son genoux, sa salopette étant courte. Le corps de l'homme est un tableau blanc à la base remplit de couleur, alors que la peinture d'Ophélia est blanche avec seulement 3 petites couleurs, l'une est cachée dans sa chevelure, une autre sur son bras gauche alors que la dernière est sur son genou droit.

Ophélia ne le regardera pas dans ce geste qui se voulait rassurant, elle n'aimait pas vraiment se montrer de cette manière devant les autres. Mais elle le laissera faire, se disant que de toute façon c'est un peu comme s'il mettait une branche entre eux deux donc il ne la touchait pas vraiment. Hochant simplement la tête avec un visage que se veut normal et un petit sourire timide, comme si elle n'avait pas vraiment pleuré au final. La jeune femme peut parfois se montrer trop emphatique, comme quand Evan lui avait raconté l'histoire de Pandore, même si elle ne s'en souvient pas du coup actuellement.

- Espérons le dans ce cas, et dans le pire des cas ses souffrances ont été abrégé, un bras en échange d'une âme meurtrie. Tu as eu de la veine qu'il ne soit pas tombé autre part tout de même, il y a eu des organes plus importants que le bras, de la chance dans la malchance.

Donc elle ne connaît pas toute l'histoire, si elle savait pour la fille du père qui a été maudite alors que son fantôme a dû hanter l'endroit, cela ne pourra que toucher un peu plus la blonde, trop sensible et émotive, quelque chose qu'elle n'apprécie pas parfois.

Ophélia n'en sera consciente réellement que lorsqu'elle devra y faire vraiment face, à ces monstres. Quand cela a un impact direct avec ses émotions, oui elle a des raisons de fuir.

Elle l'observe tout de même avec incompréhension, elle n'a pas appris une autre langue que l'anglais, c'est un peu frustrant d'ailleurs de ne pas comprendre ce qu'il dit.

- Tu as dit quoi?

L'ancienne préfète hausse donc les épaules à ce qu'il dit ensuite avec un léger sourire malicieux qui attisera peut-être sa curiosité, mais elle reste assez évasive à ce sujet.

- On peut dire ça comme ça, j'aime beaucoup les animaux, magique ou non.

Pouffant un peu de rire à sa dernière réponse, elle parlera pour formuler une réponse.

- Un vrai challenge alors pour un homme comme toi, non?
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Jeu 25 Avr - 15:46

Il fallait avouer que ce n'était pas quelque chose de banal que de parler de tel projets pour une première rencontre imprévue, en pleine nuit dans un parc. Est-ce que les deux en seraient seulement capables ? Après tout on ne s'improvisait pas écrivain comme cela, surtout sur des sujets finalement assez complexes et larges, cela demandait une certaine méthode de travail qu'aucun n'avait apprit encore. Mais est-ce que finalement c'était important ? Est-ce que le fait d'essayer et de simplement se lancer n'était pas l'essentiel ? Ils casseraient sûrement les conventions en faisant ça mais ce serait une expérience qui ne pourrait être qu'enrichissante, peu importe sa finalité. Et puis cela leur permettrait d'encore mieux connaître l'autre.

Jeremy ne remettait bien sûr pas en cause la maison d'origine d'Ophélia. Mais pour un Serdaigle qu'on était plus enclin à qualifier de Gryffondor il était drôle de croiser la route d'une lionne aux allures d'aigle. Sous certains angles les deux se ressemblaient il trouvait.

Le jeune homme semblait en proie à une intense réflexion alors que son regard se perdait dans l'immensité du ciel clairsemé d'étoiles. Quelques secondes lui furent nécessaire avant qu'il ne délivre son implacable constat :


- Si c'était ça la clef du bonheur ? Savoir trouve l'équilibre dans et entre les différents aspect de nos vies.

Même lui commençait à ressentir les affres de la fatigue, cela faisait des heures que le duo était posté sur ce banc. Combien cela faisait il du temps ? Ils en étaient très certainement arrivé à un point où il était tard dans la nuit et.ou très tôt le lendemain. La journée de travail pourrait se révéler être longue pour l'Oubliator et l'apprentie ranger.

- Oh et bien je vais tout faire pour rester dans tes bonnes grâces, je n'aimerai pas avoir à subir ton terrible courroux.

Une pique pour une pique, une chose qui devenait commune dans leur discussion et qui permettait d'y apporter un peu de légèreté entre deux réflexions philosophiques. Un autre détail qui pouvait sûrement témoigner d'une complicité naissante et qui croissait rapidement.

Ils connaissaient maintenant tout deux pas mal de choses sur l'autre et il y avait pourtant tellement à apprendre encore et c'est ce qui faisait que Jeremy savait que leur prochaine rencontre serait tout aussi passionnante, voir plus, que ce soir. Cette fois ce serait à lui de lui demander l'origine de l'une ou l'autre blessure, que cette fois ce soit la jeune femme qui lui conte certaines de ses aventures. Elle se sera sûrement moins ouverte que lui dans cette discussion, bien qu'elle l'ait fait, et il savait que sa voisine devait aussi avoir ses petits secrets croustillants.

C'était quelque chose de touchant de voir quelqu'un capable d'être touché par la simple évocation d'un terrible mal, surtout à une époque où la violence et l'horreur n'étaient pas rares. C'est ce qui expliquait ce geste instinctif de sa part, comme celui d'Ophélia plus tôt.


- Personne ne mérite d'être sous cette forme après sa mort, peu importe ce qu'il ait pu faire dans sa vie. Si le Wendigo était tombé quelques centimètres plus à droite je serais mort instantanément.

Sa tête aurait explosé comme une pastèque, réduit en bouillis comme l'avait été son bras. "De la chance dans sa la malchance" c'était une maxime qui pourrait très bien résumer la plupart des mésaventures qui avait croisé la route de Jeremy au cours de sa vie.

Un sourire espiègle éclaira son visage en voyant l'incompréhension sur le minois de la blonde, un pu fier de lui il fallait le dire.


- Sûrement pas un français, tu prêches un convaincu.

Le jeune homme remarqua ce sourire à la fois malicieux et empreint d'un certain mystère sans se douter de ce que cela pouvait bien signifier.

- Je ne m'y intéressais pas avant, à mon plus grand regret.

Stump avait pu lui montrer que le domaine pouvait être quelque chose de vraiment intéressant. Et c'est une nouvelle fois avec une certaine arrogance, tout sourire, que répondit Jeremy.

- Peut être... Mais je finirai par connaître toutes ces choses sur toi.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Jeu 25 Avr - 19:20

Parfois au lieu de se poser trop de questions il faut simplement se lancer afin de voir ce que cela donne au final. Dans le pire des cas, ils apprendront et exposeront leurs idées, cela ne peut qu'être un apprentissage en plus de la vie. Le temps nous chuchotera dans le creux de notre oreille la vérité quant à la prochaine rencontre, si cette idée avait commencé à pousser ou non dans l'esprit de chacun.

Elle l'écoutera parler tout en l'observant une seconde afin de voir son profil en proie à la réflexion, elle y répondra sans aucune hésitation.


- Je dirais que la clef se trouvera toujours entre nos mains... il suffit simplement de trouver la serrure afin d'être satisfait de nos vies.

La jeune femme observera donc les premières lueurs du jour faire face même si le spectacle vient à peine de commencer. Elle se demande si ça vaut vraiment le coup de rentrer dormir... au moins se changer avant d'aller travailler peut-être. Une bonne douche froide afin d'être certaine de ne pas s’endormir, mais bon, elle s'en sortira.

Elle laissera un rire léger sortir de sa bouche à ce qu'il dit, mettant l'une de ses mains devant sa bouche sans répondre, laissant le suspens de son terrible courroux se mettre au-dessus de Jeremy, comme une lame qu'on n'abat pas même si actuellement, c'est une lame faite en éponge, ce n'est pas comme si Ophélia pourrait vraiment s’adonner à des véritables punitions.

Le seule véritable secret qui se tapit en elle est son don, ou alors sont double maléfique.


L'ancienne Gryffondor agis souvent d'instinct de toute façon, et lui répondra avec une moue avant de finir avec un léger sourire espiègle mais en premier très sérieux.

- Je pense que personne ne mérite ça ou autre chose à partir du moment ou une personne, rien qu'une, tient à elle. Oh mon pauvre petit chou...

Elle se moque clairement de lui, par méchamment bien sur, mais il est toujours là donc à quoi bon se torturer avec des "si".

Ophélia se lève ensuite, se détachant définitivement du banc avant de s'étirer doucement alors qu'elle fronce les sourcils à sa réponse, et face à ce même sourire qu'elle lui a adressé plus tôt.

-Hum donc tu es français... intéressant monsieur je me la pète.

Cette jeune demoiselle ne se gêne pas actuellement, et s'en donne même à cœur joie.

Elle le regarde et déclare donc avec simplicité sa dernière phrase, non sans lui donner un gentil sourire sincère, mais aussi moqueur face à ce qu'elle va dire, comme pour le narguer et lui dire qu'il parle beaucoup alors qu'elle en sait plus sur lui que lui sur elle. Elle a l'intention de lui rabattre son clapet.

- Un regret que tu peux rectifier je pense, ce n'est pas quelque chose de difficile. Oh vraiment? Tu t'avance beaucoup je trouve... Bonne journée Jeremy Lienard et à une prochaine fois peu-être.

Ophélia s'en ira donc avec fierté, sans se retourner une seule fois.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Jeremy Lienard le Jeu 25 Avr - 23:45

Encore une fois tout cela rejoignait l'une de leurs très nombreuses réflexion. Quand il n'y avait rien à perdre à prendre un risque et bien il fallait se jeter à l'eau car rien que du bon pourrait en ressortir au final. Comme quand Ophélia avait prit le "risque" de lui parler.

Un bref hochement de tête accompagné d'un impecteptible sourire et il répondit, les yeux tournés vers ce lever de soleil qui prenait la place des étoiles.


- Puisse t'on les trouver alors.

C'est à l'apparition de l'aube seulement que Jeremy prit enfin conscience de l'heure qu'il était et du temps qu'ils avaient passé à discuter. Pour la suite son programme serait sensiblement la même : rentrer prendre une douche avant de rejoindre son lieu de travail. La fatigue rendrait la journée longue mais de cela il en avait l'habitude finalement.

Nul doute que Jeremy ressentait cet incroyable suspens comme une épée de Damoclès qui pouvait s'abattre sur lui à tout moment. Un sourire éclaira son visage en même temps qu'Ophélia riait.

Quand au sujet du double maléfique c'était un sujet qui, curieusement, Jeremy avait déjà rencontré dans sa vie. Il avait déjà connu quelqu'un dans ce cas là un peu.


- Ca doit être horrible de se transformer... Même si je ne sais pas vraiment comment ça marche. Hé mais...

La petit impertinente osait rire de sa potentielle mort. Ce qu'il fit aussi après légèrement secoué la tête, il aimait bien ces échanges de petites piques.

Le jeune homme regarda l'apprentie ranger se lever, comprenant que la conversation touchait à sa fin, ce qui devait bien finir par arrivée.


- Je n'y peux rien si être français c'est classe.

Ce qui ne devait pas vraiment être le cas avec les deux capitulations de la France coup sur coup face aux nazis puis aux Immortels.

Alors que Ophélia lui accordait ses derniers mots pour cette nuit il s'attela à enfiler de nouveaux se veste avant que son regard ne revienne sur elle.


- Je l'ai déjà un peu fais. J'aime les défis, ça ne me fait pas peur ! Bonne journée à toi aussi Ophélia et à bientôt.

Car même si la jeune femme laissait croire que ça pouvait ne pas être le cas Jeremy avait l'intime conviction que leur chemin allait se croiser prochainement. Après tout elle avait son nom et elle travaillait au Ministère, dès lors la retrouver ne serait pas compliqué. Un sourire en coin il l'observa partir, elle avait été une rencontre aussi inattendue qu'agréable.

Bientôt se fut à son tour de quitter le banc pour rentrer chez lui.
Jeremy Lienard
Jeremy Lienard

Baguette : Ébène, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue129/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (129/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue110/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (110/150)
Statut: Oubliator

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Ven 26 Avr - 19:50

Ophélia arrive ici, un soir parmi d'autres avant un week-end alors qu'elle revient ici se promenant un peu afin de savoir si ça serait une bonne idée de faire son entrainement ici ou ailleurs, s'il y a beaucoup de passage et surtout la nuit. La blonde n'attend personne en particulier alors qu'elle finit par s'asseoir sur un banc, commençant à lire un livre qu'elle apprécie tout particulièrement, le conte de la petite sirène, mais elle finira par s'allonger et poser le livre ouvert sur son ventre alors qu'elle observe avec fascination le ciel qui décline, passant du bleu clair à de l'orange, rose et bleu plus intense, se rapprochant du turquoise mais pas trop.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Ven 26 Avr - 22:14

La jeune femme finira par s'en aller lorsque les étoiles sont haut dans ciel, observant la lune en se demandant ce qu'il se cache derrière la face cachée de l'astre de la nuit. Habillé dans une simple tenue sobre avec un pantalon en jean foncé et un gros pull noir alors qu'il n'y a que ses bottes de cow-boy qui sont sa touche d'originalité. Son livre dans la main, elle part alors que la lueur pale la suivra.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Ophélia Thynne le Sam 27 Avr - 20:32

Une ancienne Gryffondor arrive ici alors qu'elle s'allongera sur un banc pour observer le changement du cycle de la journée afin d'observer attentivement le crépuscule et l'apparition des étoiles alors que la lune lèvera le voile. Avec ses bottes de cow-boys, son pantalon sombre qui souligne ses jambes fines et un pull légèrement trop grand afin de ne pas avoir froid et réchauffer ses mains.
Ophélia Thynne
Ophélia Thynne

Baguette : Charme, phénix

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue94/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (94/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue58/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (58/150)
Statut: Apprenti Ranger

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Josh Winterlev le Sam 27 Avr - 20:54

Hyde park, le parc londonien par lequel tout touriste se doit de passer lors de ses vacances à Londres. Il est aussi un lieux de rencontre, de randonnée, d'observation de sa faune et flore. L'ancien gryffondor également ne faisait que passer, comme tout autre personne il aimait parfois se promener, et ce lieu est parfait. Il passe devant le banc sur lequel une jeune femme semble s'y reposer. Continuant de marcher, il s'arrête cependant quelques mètres plus loin puis s'accroupi, sa main appelant quelqu'un.

- Coucou toi, tu viens ?

Sa main droite était dirigée vers un des écureuils du parc, agrippé sur le tronc d'un arbre. C'est alors que l'écureuil répond à son invitation mais pas de la façon que Josh espérait, ce dernier se met à courir en sa direction.

- Qu'est ce que...

Voyant un écureuil courir à toute vitesse vers lui, Josh fait de même pour l'esquiver. Le petit rongeur est plus rapide que l'ancien résistant et il ne va pas tarder à le rattraper.
Josh Winterlev
Josh Winterlev

Baguette : Tremble, licorne

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue133/200Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (133/200)
Volonté:
Hyde Park - Page 7 Left_bar_bleue119/150Hyde Park - Page 7 Empty_bar_bleue  (119/150)
Statut: Cursus Auror

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hyde Park - Page 7 Empty Re: Hyde Park

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum