Appartement d'Eanna, rue annexe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

  • Demander un roll MJ

Appartement d'Eanna, rue annexe Empty Appartement d'Eanna, rue annexe

Message par Eanna Whelan le Ven 4 Jan 2019 - 23:29

L'appartement était petit mais il était bien suffisant pour une personne vivant seule. La porte d'entrée débouchait directement sur le séjour qui faisait aussi office de cuisine. Une autre porte menait à la salle de bain.

La pièce principale était aménagée avec des meubles dont plus personne ne voulait car jugés trop usés ou démodés. La locataire de ces lieux les avait donc récupérés ici et là. Une bibliothèque bancale était pleine de vieux livres et sur un buffet, plus vieux que son actuelle propriétaire, trônait fièrement un violon qui avait joué bien des mélodies. Quelques photographies s'animaient parfois, évoquant d'amers souvenirs. Dans un coin du séjour, un vieux canapé récupéré dans une brocante. Il était inconfortable et une nuit passée dessus offrait quelques courbatures. C'était pourtant là qu'Eanna passait ses nuits même si dans l'appartement il y avait une chambre.

Cette chambre justement, était une chambre d'enfant qui ne collait pas au reste de l'appartement. Les meubles étaient neufs et les poupées encore toutes trop bien rangées pour que l'on puisse croire qu'une enfant ait déjà pu jouer avec.

C'est en travaillant comme serveuse aux Trois Balais qu'Eanna Whelan avait amassé ce qu'il fallait pour payer le loyer. Quelques repas avaient même été sautés pour mettre un peu d'argent de côté et s'assurer qu'à ses côtés à présent, sa fille ne manquerait de rien.
Eanna Whelan

Eanna Whelan


Baguette : Bout de bois

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Appartement d'Eanna, rue annexe Left_bar_bleue63/200Appartement d'Eanna, rue annexe Empty_bar_bleue  (63/200)
Volonté:
Appartement d'Eanna, rue annexe Left_bar_bleue57/150Appartement d'Eanna, rue annexe Empty_bar_bleue  (57/150)
Statut: Maman

Revenir en haut Aller en bas

  • Demander un roll MJ

Appartement d'Eanna, rue annexe Empty Re: Appartement d'Eanna, rue annexe

Message par Aurore Edge le Jeu 21 Mar 2019 - 21:07

La fin du jour et le début d'une rumeur, celle de l'approche de la nuit au crépuscule de ce palais vermeil qu'est le couché du soleil, s'avançant sous les prémisses de cet immense vitrail naturel qui s’agrémente de quelques moutons célestes à la forme de fouace, ce pâturage se mappe d'un satin rosé qu'il aurait sans vergogne dérobé à ce ciel qui de sa dentelle appel au sommeil.

Après tant de temps, il était venu le moment de se jeter dans ce bain, celui de tendre ses petites mains, afin de jouer le rôle d'un chapelain, ni rosaire, ni larme en son sein, seulement le besoin de se rendre face à ce cénotaphe, sous le damas de ce début de soir qui guimpe son visage de deuil, celui d'un linceul, celui de sa maman qui passa de vie à trépas, mais elle n'oublia pas qui elle est, malgré l'opaque qui s'annonce, malgré le silence, il y aura toujours une petite lueur, une chance, éphémère, celle de se nourrir d'espoir, car bien au-delà de cette misère, bien au-delà de cette laideur, ces horreurs n'éteindront jamais le chant de l'espoir au soleil levant, celui que l'on nomme l'aurore.

Ce n'est donc pas la nuit qui se jette sur son ancienne maison, mais l'aurore qui apporte une dernière fois un souvenir lointain de quelqu'un qui fut, pour elle, l'une des personnes les plus importante. Que la vie était rude, dans ce village parmi les plus démunis ! Sa mère partait aux aurores le ventre vide afin d'offrir le meilleur, forte de ses mains courageuses qui ont travaillé infatigablement, elle le faisait pour elle, elle l'a perdue une fois, la retrouva et la reperdra encore, elle se rappellera toujours avec nostalgie de cette petite maison, des histoires sur les étoiles, de son touché encourageant et réconfortant.

On ne peut pas vraiment dire qu'ils mangeaient à leur faim, qu'ils étaient riches ou qu'elle était pleine de choses belles et brillantes, pourtant, elle avait la plus belle chose qu'une enfant puisse rêver, un bout de famille, l'amour de sa mère, ses mains aux doigts noueux comme les vignes... Fermant le regard, elle se remémorait les caresses, de celle qui la relevait lorsque tout allait mal, de celle qui lui tenait la main pour la remettre sur le bon chemin, celle qui lui donna son éducation, autant qu'elle le pût, après que son père pour elle, et, son mari pour sa mère fut loin... elle la retrouva pour lui offrir une nouvelle fois ses bras, une dernière fois, en cela jamais Aurore ne l’oublia.

Assise sur le pas, l'habitation, la tête contre la pierre pensant simplement et se souvenant, faisant une dernière fois son deuil, c'était comme être une petite fille de l'ombre, traînant une petite charrette qui avec elle, parfois, s'arrête. Le regard se perd dans le lointain et son esprit se pâme d'une lumière, elle rejoint ce chemin... il déteint sur elle, cette route incertaine et singulière, elle reste dans l'ombre de cette lumière pendant que quelques perles aux allures de cristal de sel quittent son regard rebelle, elle marche dans ce souvenir, sans un mot pour demain, elle ne connaît pas cet avenir, mais elle est à l'aube de ce matin.

Elle aimerait demander, «Dis-moi maman ? Est-ce que c'est ça la vie ?» Toujours les yeux clos, pleurant une dernière fois son souvenir, après tout, c'était un peu comme sa tombe, et tout ça... c'était comme regarder autour de soi, de se rendre compte de tout ce vide, que plus ce temps passe et plus la vie quitte ce monde, plus ce temps passe et plus ce vide grandissait, on se demande si un jour il sera comblé, encore une fois, elle aimerait demander à sa mère si c'était ça la vie, traverser épreuve sur épreuve, peut-être que si sa maman était là, elle lui répondrait simplement que c'est ça la vie, se poser tout un tas de questions sans réponses, et, de vivre dans l'inquiétude et dans l'ombre, d'avoir cette boule dans sa gorge qui la rend malade et qui ne la quittera jamais vraiment, c'était un peu comme sa cicatrice à elle, pleurer quand personne ne la regarde alors...

Aurore trimbalera toute sa vie ce fardeau, ce passé si lourd qui chaque année forge son credo, celui d'un amour qui devient sourd, celui qui se perpétue dans son cœur, l'amour d'une mère et d'un père, d'un geste du bras elle essuiera ce qui reste de ses larmes, elle rouvre les yeux et mollement se relève, reprenant sa vie et d'un mouvement reprendra son chemin, quittant la maison qu'habitait sa maman, elle songe à tous ses souvenirs, d'un sourire triste et traînant toujours sa charrette elle retourne dans l'ombre.
Aurore Edge

Aurore Edge


Baguette : Frêne, Licorne.

Feuille de personnage
Affinité Magique:
Appartement d'Eanna, rue annexe Left_bar_bleue85/200Appartement d'Eanna, rue annexe Empty_bar_bleue  (85/200)
Volonté:
Appartement d'Eanna, rue annexe Left_bar_bleue43/150Appartement d'Eanna, rue annexe Empty_bar_bleue  (43/150)
Statut: Apprentie médicomage

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum